L’Afrique du Sud pourrait-elle devenir un grand du pétrole en Afrique ?

Laurent Ribadeau Dumas
Total, dont le bénéfice net a augmenté de 33% à 11,44 milliards de dollars en 2018, a annoncé le 7 février 2019 avoir réalisé une découverte "importante" d'hydrocarbures au large de l’Afrique du Sud. Il s'agit "probablement d'un gros gisement", dont "l'exploitation s'annonce difficile", a précisé le PDG de Total, Patrick Pouyanné.

La découverte de gaz à condensats (hydrocarbures à l'état gazeux et liquide) a eu lieu dans le bassin de l'Outeniqua, à 175 kilomètres au large de la côte sud du pays, a indiqué le groupe pétrolier et gazier.

"La découverte (du puits) Brulpadda (…) a été réalisée en eaux profondes dans un environnement difficile", a commenté le directeur du service exploration de Total, Kevin McLachlan, cité dans un communiqué de presse. Les équipes de recherche ont travaillé à partir d’"un navire de forage de la dernière génération", selon ce document.

"Le puits a traversé 57 mètres nets de gaz à condensats dans des réservoirs du Crétacé Inférieur. Devant la réussite de l’objectif principal, le forage du puits s’est poursuivi vers l’objectif secondaire de Brulpadda-deep jusqu’à une profondeur finale de 3 633 mètres, qui a également obtenu des résultats positifs", poursuit le communiqué de la compagnie française.






Exploitation difficile

"Il s'agit d'un gisement qui pourrait représenter un volume d'environ 1 milliard de barils, du gaz et des condensats", a commenté de son côté devant la presse le PDG de Total, Patrick Pouyanné, en présentant les résultats 2018 de son groupe. "C'est probablement un gros gisement", a-t-il ajouté, "mais dans une région où l'exploitation s'annonce difficile, avec de fortes vagues et une météo pas très (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi