L’Afrique du Sud fait face à des coupures d’électricité drastiques

© Siphiwe Sibeko / Reuters

Depuis mardi 28 juin, les Sud-Africains sont privés d'électricité au moins six heures par jour. Alors que le pays endure des coupures de courant régulières dues à des infrastructures vieillissantes et mal entretenues, ce sont les pires délestages depuis près de trois ans et ce en plein hiver austral. En cause, un conflit social chez Eskom, l'opérateur national.

Les Sud-Africains n'avaient pas connu de telles coupures d'électricité depuis décembre 2019. Le rationnement a atteint le stade 6 sur 8 : plus de six heures par jour sans courant depuis mardi.

Le rationnement a été mis en place par l'opérateur national Eskom, qui attribue la pénurie d'électricité à la grève déclenchée la semaine dernière par une partie des employés, après l'échec des discussions sur les salaires. Les syndicats demandaient 15 % de hausse.

Eskom qualifie le mouvement d'« illégal », car cette grève a été interdite par un tribunal. Et l'opérateur explique que, de son fait, la maintenance de routine a été reportée. Un retard qui prendra « des jours voire des semaines à se résorber », poursuit Eskom dans son communiqué.

La situation n'est donc pas près de revenir à la normale. Ces blackout « causent beaucoup de dommages à la réputation de l'Afrique du Sud », estime le ministre des Entreprises publiques Pravin Gordhan, qui dénonce l'« intimidation subie » dans la plupart des centrales électriques par « 90 % des équipes empêchées de rejoindre leur poste de travail ».

Les négociations entre la direction d'Eskom et les syndicats doivent reprendre vendredi 1er juillet.

À lire aussi : Le choix critiqué des unités flottantes d'électricité en Afrique du Sud

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles