L’Afrique, nouveau marché pour les Russes et pour Facebook, et le dépeuplement de Venise

Les difficiles mais nécessaires enquêtes sur les crimes de guerre en Ukraine
Courrier international

S’inscrire à la newsletter Lettre de l’éduc

Ce premier article est tiré du site de la radio internationale Voice of America (VOA), un média que le gouvernement américain subventionne pour qu’il promeuve les valeurs pro-occidentales (VOA est donc un “média d’influence”). Il s’intéresse à l’influence grandissante de la Russie en Afrique.

Un sujet à mettre en perspective avec la guerre menée par Vladimir Poutine en Ukraine, et qui complète le jalon sur la Russie du thème 2 sur les puissances, du programme de première.

Soutien ancien

Les liens entre la Russie et l’Afrique sont anciens, ils remontent à la guerre froide, lorsque l’URSS soutenait les mouvements révolutionnaires anticolonialistes sur le continent. La fin de l’URSS en 1991 a marqué un repli sensible de l’influence de Moscou dans le monde. Mais, depuis 2007, l’implication militaire et économique russe sur le continent ne cesse de s’amplifier, constate le média américain, qui précise :

“En 2019, lors du premier sommet Russie-Afrique, qui a réuni des dirigeants politiques et des chefs d’entreprise, Vladimir Poutine a annoncé que l’Afrique serait désormais une priorité de sa politique étrangère.”

Matières premières et mercenaires

Sur le plan économique, Moscou cherche à mettre la main sur les matières premières ; sur le plan militaire, les Russes proposent une option sécuritaire dans la lutte contre le djihadisme. Cinq États ont déjà demandé l’aide de la Russie, et les mercenaires du groupe Wagner sont présents dans un grand nombre de pays.

Comment comprendre cette popularité de la Russie auprès de tant de pays africains ? Selon Maxim Matusevich, professeur d’histoire dans le New Jersey cité par VOA, cela est dû au fait que “la Russie fournit, comme l’Union soviétique auparavant, une autre vision pour les nations africaines”, fondée sur une “critique anti-occidentale commune”.

Restons en Afrique avec ce deuxième article, tiré du Guardian, qui montre comment Facebook a réussi à se rendre indispensable dans de très nombreux pays de ce continent. Cette question trouve elle aussi sa place dans le thème 2 de première, dans le jalon consacré à la puissance des Gafam.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles