Djihadisme : « L’Afrique est devenue l’épicentre de l'EI »

Propos recueillis par Julien Peyron
·1 min de lecture
Un enfant joue dans les rues du port de Pemba, où sont attendus des bateaux évacuant des habitants de la ville de Palma, prise par les djihadistes de Daech le 24 mars 2021.
Un enfant joue dans les rues du port de Pemba, où sont attendus des bateaux évacuant des habitants de la ville de Palma, prise par les djihadistes de Daech le 24 mars 2021.

Le monde entier avait été pris d'effroi en 2013 et 2014, en assistant aux prises de Raqqa (Syrie) puis Mossoul (Irak) par les djihadistes de l'organisation État islamique. Le groupe terroriste, rompu aux attentats et à la guérilla, comptait sur ces territoires conquis pour prouver sa capacité à administrer des régions. Sept ans plus tard, les combattants de Daech ont été chassés des villes d'Irak et de Syrie, ils sont contraints de se terrer dans des zones reculées du Levant, d'où ils mènent des attaques de moindre envergure.

Mais ils restent actifs sur d'autres fronts, notamment en Afrique. Mercredi 24 mars 2021, des combattants se proclamant de l'organisation EI ont investi Palma, une ville du nord du Mozambique. Un fait d'armes revendiqué de manière « officielle » ce lundi par l'organe de propagande de Daech. La ville est stratégique, elle servait de base à Total, en vue d'exploiter les gisements de gaz situés au large de la région du Cabo Delgado. L'entreprise pétrolière française a été contrainte de rapatrier à la hâte certains de ses employés, car la situation est confuse à Palma, comme dans toute la zone frontalière avec la Tanzanie. Wassim Nasr, journaliste à France 24, spécialiste des mouvements djihadistes et auteur du livre État islamique, le fait accompli (Plon, 2016), fait le point sur la force de frappe de l'EI en Afrique, au Levant, mais aussi dans le reste du monde.

Le Point : Que sait-on des islamistes qui gagnent du terrain au Mozambique ?

W [...] Lire la suite