L’Afrique confrontée à une dette et une pauvreté galopantes

·1 min de lecture

Plombée par la crise du Covid-19, l'économie de l'Afrique devrait relever la dette cette année. Après avoir connu sa première récession en un demi-siècle l'an dernier (-2,1%), le PIB du continent devrait renouer en 2021 avec une croissance de 3,4%, indique la BAD dans ses Perspectives économiques en Afrique. Soit une prévision légèrement plus optimiste que celle du Fonds monétaire international (FMI), qui anticipait une croissance +3,1% dans ses prévisions de janvier. Cependant les conséquences sociales de la pandémie qui a frappé l'économie mondiale vont continuer de se faire sentir : 39 millions d'Africains pourraient tomber dans l'extrême-pauvreté en 2021, dont le seuil est fixé à un revenu de 1,90 dollar par jour. Encore plus que l'année dernière, où déjà 30 millions de personnes y ont été réduites selon les estimations de la BAD.

Au total, l'extrême-pauvreté pourrait toucher 465 millions d'Africains, soit un tiers de la population du continent, alors que la pauvreté avait constamment reculé depuis deux décennies. Autre conséquence à long terme de la pandémie de Covid-19, la flambée des dettes des Etats africains. "Le choc de la pandémie et la crise économique qu’il a provoquée ont eu des implications directes sur les soldes budgétaires et le fardeau de la dette des pays", explique la BAD. "On estime que les déficits budgétaires ont doublé en 2020 pour atteindre un niveau historique de 8,4% du PIB", et qu'en conséquence "le ratio moyen dette/PIB de l’Afrique devrait augmenter (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Il avait enfreint le couvre-feu pour la 4e fois, un homme condamné à 3 mois ferme
Défense : les commandes d’armes à la Russie ne désemplissent pas
Inflation, pauvreté, livre… l’économie de la Turquie inquiète, Erdogan accuse des “ennemis imaginaires”
Brexit : le Royaume-Uni reporte à 2022 le contrôle sur les importations de l’UE
Quitter la Sécurité sociale : législation et risques