L’Afrique à l’assaut de la finance verte

·1 min de lecture
Le Kenya, responsable de moins de 1% des émissions mondiales, souffre d'invasions de criquets pèlerins qui détruisent les récoltes et de pluies irrégulières provoquant inondations et sécheresses. 
Le Kenya, responsable de moins de 1% des émissions mondiales, souffre d'invasions de criquets pèlerins qui détruisent les récoltes et de pluies irrégulières provoquant inondations et sécheresses.

À l?occasion des assemblées annuelles de la Banque africaine de développement (BAD) fin juin, une des conférences était organisée sur le thème du « changement climatique et de la croissante verte ». Les intervenants ont mis l?accent sur l?urgence d?une action globale et l?augmentation des financements climatiques. En réalité, le continent se retrouve confronté à un double défi : relancer la croissance économique après la pandémie du Covid-19, tout en donnant la priorité à la résilience climatique et ) la relance verte.

« Les pays africains comptent pour moins de 4 % des émissions de gaz à effet de serre, mais subissent les pires effets du changement climatique », a rappelé Akinwumi Adesina, président de la BAD. La priorité pour l?Afrique est donc plus à l?adaptation qu?à l?atténuation. Après les pôles, elle est reconnue comme la région la plus exposée aux changements climatiques. Sécheresses, cyclones, inondations frappent de plus en plus durement le continent. En 2020, les criquets pèlerins ont dévasté les récoltes dans la Corne de l?Afrique.

À LIRE AUSSIAfrique : « Faisons rimer développement et changement climatique ! »

La BAD investit dans le climat

Le climat est devenu une préoccupation majeure pour la BAD. La proportion de fonds alloués au changement climatique est ainsi passée de 9 % en 2016 à 35 % en 2019 (soit près de 3,6 milliards de dollars) et devrait atteindre 40 % en 2021. Depuis l?entrée en vigueur de l?accord de Paris en 2016, la Banque a inves [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles