Dans l’affaire Hapsatou Sy, Éric Zemmour condamné à 4 000 euros d’ame

Le polémiste avait qualifié le prénom de l’ex-chroniqueuse Hapsatou Sy d’ « insulte à la France ».

JUSTICE - Éric Zemmour condamné. L’ancien candidat à la présidentielle et polémiste d’extrême droite, qui avait qualifié le prénom de l’ex-chroniqueuse du groupe Canal+ Hapsatou Sy d’« insulte à la France », a été condamné à 4 000 euros d’amende pour injure raciste ce jeudi 12 janvier. Le parquet avait requis 20 000 euros d’amende.

Il a également été condamné à 3 000 euros de dommages et intérêts à Hapsatou Sy. Le polémiste a déjà annoncé qu’il allait faire appel de cette décision, précise France Inter.

« C’est une grande fierté d’avoir tenu bon pendant toutes ces années et d’avoir pu faire condamner Éric Zemmour pour injure à caractère raciste. Mon prénom est mon identité, mes origines sont ma force, et derrière moi, j’espère que beaucoup d’autres français se sentiront libérés de savoir que nous devons être respectés dans ce que nous sommes », a pour sa part réagi sur Twitter la chroniqueuse.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Les faits s’étaient déroulés en 2018 lors de l’enregistrement de l’émission Les Terriens du dimanche sur C8. Hapsatou Sy rappelle son prénom à Eric Zemmour, qui rétorque : « Votre mère a eu tort ». « Et vous voudriez que je m’appelle comment ? », rebondit la chroniqueuse. « Corinne », lui répond l’invité de l’émission, enregistrée en public.

Dans un face-à-face suivant, coupé au montage, la chroniqueuse déclare : « Ce que vous venez de dire est une insulte à la France ». « Mademoiselle, c’est votre prénom qui est une insulte à la France », affirme en retour Eric Zemmour. La société de production avait coupé au montage ce dernier passage. La chroniqueuse avait diffusé sur les réseaux sociaux une vidéo de l’échange filmée par une maquilleuse et porté plainte avec constitution de partie civile.

Lire sur le HuffPost

Lire aussi :

Lecce-Lazio : Umtiti, victime de cris racistes, fond en larmes après la victoire de son équipe

Le policier qui a alerté sur le racisme au tribunal de Paris victime de « représailles »

VIDÉO - Éric Zemmour: "Si j'avais été président, l'auteur des attentats de Nice aurait été expulsé, il n'aurait pas été là"