L’affaire Dreyfus racontée en podcast, épisode 2: «La marche vers la vérité»

figaro.fr, Le
En juillet 1895, l’arrivée du commandant Marie-George Picquart (incarné par Jean Dujardin dans le film de Polanski) à la tête du Service des renseignements de l’armée, va changer le destin d’Alfred Dreyfus. / Copyright Gaumont

À l’occasion de la sortie en salle de J’accuse de Roman Polanski mercredi 13 novembre, Le Figaro publie une série de podcasts sur l’affaire qui a bouleversé la société française de 1894 à 1906. Un récit en cinq volets éclairé par le regard des historiens.

Le dossier de l’affaire Dreyfus dort dans une armoire du ministère de la Guerre. Personne n’a le droit de le consulter. Son sort semble scellé. En juillet 1895, l’arrivée du commandant Marie-George Picquart à la tête du Service des renseignements de l’armée va pourtant le changer.

» LIRE AUSSI - Jean Dujardin, fier de porter l’uniforme du colonel Picquart dans l’adaptation de l’Affaire Dreyfus

À l’État-major, on sait bien que les preuves ayant servi à condamner Dreyfus demeurent fragiles. Picquart doit poursuivre les investigations. Il met alors la main sur un nouveau document, qui va jouer un rôle essentiel dans cette histoire: le «petit bleu»...


Véronique Lechat poursuit le récit écrit par Alain Pagès pour la série audio réalisée par Création Collective et Gaumont. Picquart, rapidement persuadé de l’innocence de Dreyfus, est raisonné par ses supérieurs. Ils ne veulent pas voir le scandale éclabousser l’honneur de l’armée. Mais Picquart s’entête.

Le militaire est bientôt aidé du vice-président du Sénat, Auguste Scheurer-Kestner et de l’écrivain Émile Zola. La voix de Paul Bouffartigue ponctue l’histoire. Il lit avec passion des extraits de lettres et d’articles publiés par l’auteur des Rougon-Macquart. Dans le Figaro en 1897, puis dans L’Aurore l’année suivante est publié le célèbre «J’accuse».

» LIRE AUSSI - L’affaire Dreyfus vue par lui-même

Le récit se poursuit par un entretien mené par Vincent Edin avec Anne-Claude Ambroise-Rendu, professeur à l’université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines. L’historienne décrit l’influence capitale de la presse de l’époque, et notamment du Figaro, dans l’affaire Dreyfus.



Retrouvez cet article sur Figaro.fr

Lettres inédites d’Alfred Dreyfus: une parole enfin libérée 
J'accuse! se met en scène 
J’accuse, le film de Roman Polanski sur l’affaire Dreyfus, projeté à l’École militaire 
Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro