L’administration américaine appelée à stopper le “rétrécissement” des sièges dans les avions

PHOTO FRANÇOIS LAURENS/Hans Lucas via AFP

L’Administration fédérale de l’aviation (FAA), l’agence gouvernementale chargée de la réglementation de l’aviation civile aux États-Unis, a lancé une enquête d’opinion auprès des usagers sur le confort à bord des appareils et sur leur perception de la sécurité en vol. Celle-ci s’est achevée le 1er novembre, après un torrent de réactions, note le Wall Street Journal : plus de 25 000 commentaires.

La FAA mène l’enquête pour savoir si des places et des rangées trop étroites pourraient empêcher l’évacuation d’urgence d’un appareil, par exemple en cas d’incendie à bord. Mais les passagers soulèvent aussi des problèmes de confort. “Certains commentaires accusent les compagnies aériennes de discrimination à l’égard des passagers dont la corpulence ne leur permet pas d’être confortablement assis. D’autres rappellent combien il est déjà compliqué de s’asseoir ou de se relever de son fauteuil dans des rangées très étroites, ce qui augure du pire en cas d’urgence”, résume le quotidien, qui relaye aussi plusieurs commentaires :

“Je fais 1,90 mètre et pèse 120 kilos. Je ne suis pas handicapé mais c’est IMPOSSIBLE pour moi de profiter du voyage dans les sièges actuels.”

C’est scandaleux de se retrouver coincé dans un siège aussi étroit.

Les associations d’usagers regrettent “le fait que les sièges sont de plus en plus étroits”. “[FlyersRights.org, une association de défense des voyageurs], demande à la FAA de créer des normes minimales pour les sièges qui conviendraient à environ 90 % des personnes, soit un espacement minimal de 81 centimètres entre les rangées et une largeur minimale de 54 centimètres pour chaque siège, afin de permettre une évacuation en toute sécurité en cas d’urgence.”

De leur côté, des élus démocrates appellent la FAA à instaurer un moratoire pour interdire aux compagnies de réduire la taille des fauteuils. Ils affirment que depuis les années 1990, l’espace entre un siège et celui devant lui s’est réduit, tout comme la largeur des sièges eux-mêmes, sans pour autant trouver de preuves irréfutables de leur impact négatif sur la santé et la sécurité à bord.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :