L’adaptation du corps aux températures extrêmes étudiée chez les adeptes du sauna et des bains glacés

·2 min de lecture

En Scandinavie, il existe une tradition aussi brûlante que rafraîchissante ! Les Suédois aiment se prélasser au sauna avant de se jeter dans un bain d'eau glacée pour quelques minutes. Certains amateurs pratiquent cette alternance de froid et de chaud plusieurs fois par semaine chaque hiver. Comment le corps humain s'adapte-t-il à des changements si extrêmes de température ? Des chercheurs de l'université de Copenhague ont essayé de répondre à cette question. Au cœur de leur réflexion, il y a la graisse brune, véritable centrale thermique du corps humain avec la circulation sanguine et les muscles.

À gauche, un adipocyte blanc. À droite, un adipocyte brun. © CC-by-sa 3.0
À gauche, un adipocyte blanc. À droite, un adipocyte brun. © CC-by-sa 3.0

Bain de mer en hiver : quels risques ?

La graisse brune, la chaufferie du corps humain

La graisse brune est présente en grande quantité chez les animaux qui hibernent ou qui vivent dans des régions froides. L'être humain en est aussi pourvu, surtout les bébés. À l'âge adulte, la graisse brune se résume à quelques dépôts au niveau des clavicules et du cou, et le long de la colonne vertébrale. La graisse brune se différencie de la graisse blanche par la nature des adipocytes qui la compose. Les adipocytes sont des cellules qui stockent le gras dans une vacuole ou plusieurs vacuoles lipidiques. Les adipocytes de la graisse blanche sont uniloculaires, c'est-à-dire qu'il y a une seule vacuole, de grande taille qui pousse le noyau contre le membrane plasmique. Les adipocytes de la graisse brune sont multiloculaires, ils portent plusieurs vacuoles de tailles variables et le noyau est situé au centre. La graisse blanche sert de stockage d'énergie tandis que la fonction principale de la graisse brune est la thermogénèse, la production de chaleur, via le dégradation des lipides inclus dans les vacuoles.

Le sauna diffuse de la chaleur sèche pouvant aller jusqu'à 100 °C. © Christian Schwier, Fotolia
Le sauna diffuse de la chaleur sèche pouvant aller jusqu'à 100 °C. © Christian Schwier, Fotolia

Une adaptation au froid et à la chaleur

Les chercheurs danois ont recruté huit jeunes hommes, adeptes du sauna et...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles