L’île de Java en Indonésie ravagée par un tremblement de terre

SÉISME - Au moins 162 personnes sont mortes et des centaines d’autres ont été blessées dans un tremblement de terre de magnitude 5,6 sur l’île indonésienne de Java, qui a fait trembler des gratte-ciels jusque dans la capitale Jakarta, lundi 21 novembre.

« En raison du grand nombre de personnes toujours bloquées sur place, nous estimons que le nombre de personnes décédées et blessées va augmenter », a annoncé Ridwan Kamil, le gouverneur de la province de Java occidental lors d’une conférence de presse. Herman Suherman, le chef de l’administration de la ville de Cianjur, près de laquelle était situé l’épicentre du séisme, a évoqué pour sa part un afflux continu de victimes.

« Nous appelons les gens à rester à l’extérieur des bâtiments pour le moment, étant donné qu’il pourrait y avoir d’éventuelles répliques », a déclaré aux journalistes la directrice de l’agence indonésienne de météorologie, Dwikorita Karnawati.

Le président français Emmanuel Macron a adressé une « pensée émue pour toutes les victimes », affirmant lundi matin dans un tweet : « la France est solidaire ».

La capitale Jakarta relativement épargnée

L’épicentre était situé près de Cianjur, à quelque 100 kilomètres au sud de Jakarta, selon l’Institut d’études géologiques des Etats-Unis (USGS) qui avait estimé dans un premier temps la magnitude du séisme à 5,4.

Aucune victime ni aucun dégât important à Jakarta n’a été rapporté dans l’immédiat mais, dans la capitale, des personnes se sont précipitées hors des bâtiments. Mayadita Waluyo, juriste âgé de 22 ans, a décrit la panique des employés se ruant vers les issues de secours. « J’étais en train de travailler quand le sol a tremblé. Je pouvais sentir clairement la secousse », a-t-elle raconté.

Selon lui, l’hôpital Sayang de Cianjur n’a plus accès à l’électricité depuis le séisme, plaçant les médecins dans l’incapacité d’opérer les victimes et les autorités ont besoin de davantage de soignants en raison du grand nombre de patients.

« Nous nous occupons actuellement des personnes qui se trouvent en situation d’urgence dans cet hôpital. Les ambulances continuent à arriver à l’hôpital depuis les villages », a décrit Herman Suherman. « Il y a de nombreuses familles dans des villages qui n’ont pas encore été évacuées ».

Des habitants ont transporté les victimes à l’hôpital à bord de pick-ups et de motos, selon des images obtenues par l’AFP. Les corps de celles qui étaient décédées ont été placés devant l’établissement, sous une bâche.

« Des centaines, et même peut-être des milliers de maisons, ont été endommagées » par le séisme, a indiqué un porte-parole de l’administration de Cianjur. Des commerces, un hôpital et un pensionnat musulman de la ville ont subi d’importants dégâts du fait du séisme, selon la presse locale. Des médias ont montré plusieurs bâtiments de Cianjur dont le toit s’est effondré.

Le souvenir du 26 décembre 2004

L’Indonésie est régulièrement confrontée à des tremblements de terre ou des éruptions volcaniques, du fait de sa position sur la « ceinture de feu » du Pacifique où les plaques tectoniques se rencontrent.

En 2018, l’île de Lombok et l’île voisine de Sumbawa avaient été frappées par un violent tremblement de terre qui avait fait plus de 550 morts. La même année, un autre séisme d’une magnitude de 7,5 avait provoqué un tsunami qui avait frappé Palu, sur l’île de Sulawesi, entraînant la mort ou la disparition de 4.300 personnes.

L’île de Java avait pour sa part été touchée par un séisme de magnitude 6,3 en 2006, près de la ville de Yogyakarta (centre), provoquant environ 6.000 morts et des dizaines de milliers de blessés. Un an plus tôt, un séisme de magnitude 8,7 frappant la côte de Sumatra, régulièrement touchée, avait tué plus de 900 personnes.

Mais le pays reste marqué par le tremblement de terre du 26 décembre 2004 d’une magnitude de 9,1 au large des côtes de Sumatra. Il avait provoqué un important tsunami qui avait entraîné la mort de 220.000 personnes dans toute la région, dont 170.000 pour la seule Indonésie, une des catastrophes naturelles les plus meurtrières jamais enregistrées.

À voir également sur Le HuffPost :

Lire aussi