L’île grecque d’Eubée ravagée par les flammes

figaro.fr, Le, agence, AFP
Des habitants du village de Psachna attendaient mardi d’être évacués. / ANGELOS TZORTZINIS/AFP

Le sinistre, qui évolue sur un front de 12 kilomètres, n’a pas fait de victime à ce stade, mais a entraîné l’évacuation de quatre villages et une «catastrophe écologique» pour les forêts de pins de l’île.

Les pompiers grecs se battaient mercredi pour venir à bout du violent incendie qui ravage depuis mardi une réserve naturelle sur l’île d’Eubée, en Grèce, où les autorités déplorent déjà «une énorme catastrophe écologique». Le sinistre, qui évolue sur un front de 12 kilomètres, n’a pas fait de victime à ce stade, mais a entraîné l’évacuation de quatre villages de l’île, la deuxième par sa taille après la Crète, située à une centaine de kilomètres au nord-est d’Athènes. «C’est une énorme catastrophe écologique dans une forêt de pins unique», qui était restée «intacte» jusqu’à ce jour, a déploré le gouverneur régional sortant Costas Bakoyannis.

» VOIR AUSSI - Un violent incendie sur l’île grecque d’Eubée

«Les feux de forêt vont faire hélas partie de notre quotidien puisque le changement climatique touche aussi le sud de l’Europe», a déclaré le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis à Psachna, une ville menacée la veille par les flammes. Sous l’effet des rafales de vent, le feu, qui s’est déclaré en bord de route mardi à 3 heures du matin (heure locale), s’est rapidement propagé à la végétation très dense et sèche du centre de l’île, où se trouve une réserve de faune et de flore sauvages. Sur un terrain à la végétation dense, au relief accidenté et à l’accès ardu, les soldats du feu ont combattu toute la nuit des flammes de 20 à 30 mètres de haut. Les flammes ont déjà réduit en fumée une partie de la forêt d’Agrilistsa, causant des dégâts inestimables dans cette réserve naturelle de 550 hectares.

Garrigue en brasier, pins transformés en torches géantes et buissons carbonisés, le sinistre offrait mercredi un spectacle de désolation. Il a provoqué l’évacuation des villages de Kontodespoti, Macrymalli, Stavros et Platana, dans le centre de l’île, et de la ville de (...) Lire la suite sur Figaro.fr

Au moins 79 morts dans de violents incendies en Grèce 
Grèce: 91 morts, l'incendie le plus meurtrier en Europe depuis 1949 
Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro