L’Événement (France 2) - L'histoire vraie derrière le film sur le droit à l'avortement dans la France des années 60

Issue d'une famille modeste, Anne compte sur les études pour profiter de l'ascenseur social et s'offrir un avenir plus radieux. Agée de 23 ans, la jeune femme voit son monde s'écrouler quand elle apprend qu'elle attend un enfant. Pour que ses rêves ne se transforment pas en illusions perdues, elle conclut que l'avortement se révèle comme l'unique solution. En cette année 1963, la pilule contraceptive n'en est qu'à ses balbutiements et aucune loi n'encadre cet acte considéré comme immoral...

À lire également

Mostra de Venise 2021 : la réalisatrice française Audrey Diwan a reçu le Lion d’or pour "L’Evénement"

Le 24 janvier dernier, l’Assemblée nationale a très largement voté en première lecture l’inscription de l’interruption volontaire de grossesse dans la Constitution. Cinquante ans après le vote de la loi Veil, en 1974. Couronné par Le Lion d’or à la Mostra de Venise en 2021, L’Événement, adaptation du récit autobiographique de l’écrivaine Annie Ernaux, nobélisée en 2022, nous fait remonter le temps, dans la France de 1963, celle des yéyés, pétrie de frustrations et dénuée d’insouciance. Forcément clandestin, l’avortement était alors un crime, passible de la prison, voire de la mort en cas de complications.

À lire également

Line Renaud évoque son avortement traumatisant : "Je me souviens de l’aiguille à tricoter…"

Brillante lycéenne, Anne tombe enceinte. Impossible d’en parler, le sujet, véritable hypocrisie nationale, est tabou. Utilisant un format d’écran carré, la cinéaste nous immerge au plus près de sa détresse, en prise directe avec ses émotions, mais surtout de son obstination à rester libre de son destin. « J’ai choisi de ne pas regarder la jeune fille, mais d’être elle », explique la réalisatrice. À son prof de lettres, inquiet de la chute de ses notes, Anne avouera : « J’étais souffrante, le genre de maladie qui ne frappe que les femmes et qui les transforme en femme au foyer. » L’écrivaine s’est « retro...

Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi