L’Élysée, mauvais élève écologique ?

·1 min de lecture
Le palais de l'Élysée, un monument historique classé E pour sa performance énergétique et F pour les émissions carbone.

Un rapport de la revue « We demain » dresse le bilan des dépenses énergétiques des bâtiments de la présidence de la République, loin d’être exemplaires.

« Messieurs, vous êtes des passoires ! Voilà ! » : cette réplique culte du maréchal des logis chef Cruchot à ses sous-fifres dans Le Gendarme à New York pourrait bien s’adresser aux pensionnaires de l’Élysée en matière de dépenses énergétiques. Une enquête réalisée par la revue écologique We demain révèle un tableau particulièrement dépensier et énergivore. En 2017, le candidat Macron l’emporte avec la promesse d’une présidence moderne et réformatrice ; une France de la « start-up nation » et de la « croissance sélective » qui se débarrasserait de ses « passoires thermiques » grâce à de massifs plans d’investissements à destination, notamment, des bâtiments publics. Mais qu’en est-il des performances écologiques des divers sites de la présidence de la République ?

À LIRE AUSSI - Passoires thermiques : pourquoi la loi risque d'augmenter les émissions de CO2

Une augmentation entre 2018 et 2020

De l’illustre palais de l’Élysée au palais de l’Alma, en passant par l’hôtel Marigny et les bureaux rue de l’Élysée : ce sont quelque 32 460 m² que se partagent les 800 fonctionnaires au service de la présidence. Au total pour l’année 2020, les factures de chauffage et d’électricité s’élèvent, respectivement, à 345 159 et 412 881 euros ; correspondant à 2 246 602 kWh et 278 463 litres de fioul. D’après l’étiquette DPE (diagnostic de performance énergétique), la faible performance de l’Élysée correspond au niveau E – sur une échelle de A à G. D’après le journaliste et auteur [...] Lire la suite

VIDÉO - Brigitte Macron : ses révélations sur les travaux gigantesques qu'elle a entrepris à l'Elysée

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles