L’élévation du niveau de la mer pourrait être plus important encore qu'on ne le pensait

Nathalie Mayer, Journaliste
·2 min de lecture

Avec les températures qui augmentent, le niveau de la mer s’élève. D’abord par effet de dilatation thermique. Car une eau plus chaude occupe un volume plus important. Dans une proportion plutôt facile à évaluer et à prévoir toutefois. Ensuite, parce qu’en Arctique — entre autres —, les glaces fondent. La calotte glaciaire du Groenland est ainsi réputée susceptible de contribuer à une élévation du niveau des eaux de plus de sept mètres. C’est colossal. Et d’autant plus inquiétant que la région se réchauffe incontestablement plus rapidement que le reste de la planète. Mais le processus global est plus complexe.

« Les émissions de gaz à effet de serre se poursuivent et un réchauffement climatique supérieur à 4 °C d’ici 2100 est devenu du domaine du possible. Actuellement, des centaines de millions de personnes vivent dans des régions sujettes aux inondations côtières et la probabilité d’inondations encore pires augmentera considérablement en cas de forte élévation du niveau de la mer. Pour l’heure, les mesures mises en place pour lutter contre les effets de ces inondations montrent une certaine efficacité. Mais si nous ne faisons rien pour limiter le réchauffement climatique anthropique, nous atteindrons un point où nous ne pourrions plus protéger les gens », prévient Martin Siegert, chercheur à l’Imperial College London (Royaume-Uni) dans un communiqué.

Avec son équipe, il a analysé les modèles qui prévoient les effets du réchauffement sur les calottes glaciaires. Pour un réchauffement de 4 °C d’ici 2100, ils entrevoient une élévation du niveau de la mer comprise entre 0,61 et 1,10 mètre. Une fourchette sous-estimée, selon les chercheurs de l’Imperial College London. Car ces...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura