L'« écrivain-paysan » Claude Michelet est mort

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Claude Michelet à Marcillac au cours de l'année 2000.
Claude Michelet à Marcillac au cours de l'année 2000.

Dans la nuit du mercredi 25 au jeudi 26 mai, Claude Michelet, auteur de la très populaire saga Des grives aux loups, est décédé à l'âge de 83 ans à son domicile de Brive-la-Gaillarde, a annoncé à l'AFP son fils cadet. « Il est décédé dans son sommeil à Brive, où il a résidé une partie de sa vie et où il a mené de front sa carrière d'écrivain et celle de paysan, ce qui faisait sa fierté », a déclaré Jean-Marc Michelet à l'AFP.

Enfant de la Corrèze, cet « écrivain-paysan », né le 30 mai 1938 à Brive, a vendu des millions de livres, porte-drapeau d'une littérature populaire bien loin des grands prix littéraires parisiens. Après avoir vécu à Paris jusqu'au début des années 1950, il s'était installé à Marcillac dans la maison familiale en 1960, où il avait cultivé la terre et élevé des vaches.

Il s'était retiré depuis plusieurs années de la vie publique pour s'occuper de son épouse qui souffrait d'une maladie dégénérative, selon leur fils. Cet accompagnement d'aidant au quotidien l'avait beaucoup affaibli, tout comme la mort de son fils aîné David en 1995, engagé comme Casque bleu volontaire en ex-Yougoslavie, a-t-il souligné.

À LIRE AUSSIL'éditeur Pierre Belfond est mort

Porte-parole des petits exploitants

Les romans de Claude Michelet, dits « de terroir », reflets de la société rurale du siècle dernier, ont eu un grand retentissement dans la conscience collective française. Dans J'ai choisi la terre (1975), il décrit très simplement ses années de labeur ponctuées [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles