L’économie en libres échanges

Libération.fr

De l’ISF à la «taxe robots», en passant par les investissements ou les réductions de dépenses publiques, «Libération» fait débattre les conseillers de François Fillon, Benoît Hamon, Emmanuel Macron, et Jean-Luc Mélenchon sur leurs programmes respectifs.

Tout droit, un peu plus à droite, ou grand tournant à gauche ? Le débat, au plan économique, sur le choix de la route à faire prendre à la France pour les cinq prochaines années constitue un vrai clivage entre les candidats à la présidentielle. Faut-il encore alléger le coût du travail, comme le propose François Fillon ? Faut-il miser sur la demande, comme le suggèrent Jean-Luc Mélenchon et Benoît Hamon ? Ou faire un peu des deux, comme le veut Emmanuel Macron ? Faut-il supprimer l’ISF, augmenter la CSG, instaurer une flat tax sur les revenus du patrimoine ? Autant d’options sur lesquelles nous avons fait débattre les conseillers économiques de quatre candidats : Julia Cagé (Hamon), Jean Pisani-Ferry (Macron), Eric Woerth (Fillon) et Liêm Hoang-Ngoc (Mélenchon).

Commençons par votre diagnostic. Quel est l’état de l’économie française ? Quelles sont ses forces et ses faiblesses ?

Julia Cagé : Sa principale faiblesse, c’est son taux de chômage qui, d’une certaine manière, est le grand échec du quinquennat Hollande, même si la situation commence tout doucement à s’améliorer. L’autre faiblesse, c’est le pouvoir d’achat des Français. Aujourd’hui seulement nous retrouvons, et de façon lente, le niveau de PIB qui était celui de la France en 2007, avant la crise économique. Entre-temps, la population française a crû, donc le pouvoir d’achat par personne a diminué. C’est pourquoi nous en faisons une vraie priorité, avec le revenu universel d’existence. Cette situation est la conséquence des politiques austéritaires menées depuis dix ans. La seule solution, c’est donc la relance, en mettant fin à l’austérité. Et ce dans un cadre européen. D’où notre proposition de démocratisation, avec un nouveau traité budgétaire pour la (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Mesures et bilan «comptable»
Principe
«On m’a dit que j’étais seul. Je préfère être seul avec vous que mal accompagné.»
Mesures et bilan «comptable»
Hostile

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages