L'île de Samos pleure ses deux enfants, tués dans le séisme

·2 min de lecture

L'église face à la mer azur s'est en partie écroulée, comme des centaines d'habitations et des commerces, mais au lendemain du séisme de magnitude 6,7, Samos pleure d'abord la mort de ses "deux enfants", deux adolescents tués en rentrant de l'école. Dans le petit village portuaire de Phytagorio sur l'île grecque, se dressent l'église Métamorphosis et les ruines du chateau de Lycourgou. Du moins ce qu'il en reste. D'importants blocs de pierres et certains murs se sont effondrés et la porte d'entrée du cimetière est totalement détruite. Pour le prêtre Emmanouil, l'église est désormais "infréquentable pour les cérémonies". Mais "les églises, les ports et les maisons seront reconstruites. Avec l'aide de Dieu et des hommes. Mais les âmes perdues ne reviennent pas", se désole-t-il.

A lire :Le sauvetage miraculeux d’Elif, 3 ans, en vie après 65 heures sous les décombres à Izmir

Le calme et la tranquillité du port de Pythagorio tranchent samedi avec la panique qui s'en est emparée vendredi à 11H51 GMT quand l'île de la mer Egée de 45.000 habitants s’est mise à trembler et l'eau à monter. C'est à ce moment là, qu'au port proche de Vathy, capitale de l'île, une jeune fille de 15 ans et son ami de 17 ans ont été tués en rentrant de l'école, ensevelis sous les gravats d'un mur qui s'est écroulé. "Le chapitre le plus noir c’est la perte de nos deux enfants", assure Yorgos Stantzos, maire de Vathy. "Nous avons la pandémie et maintenant le séisme", se plaint-il. Il espère qu'il n'y aura pas d'éventuels disparus. Les recherches des équipes de sauvetage se poursuivent.

"Ca pourrait être pire"

Le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis s'est rendu sur l'île samedi après-midi, et assuré que l'Etat allait indemniser les(...)


Lire la suite sur Paris Match