Séisme en mer Égée: plusieurs morts en Grèce et en Turquie, les deux pays prêts «à s’aider»

·3 min de lecture

Un puissant séisme, de magnitude 7 sur l’échelle de Richter selon l'USGS, a secoué ce vendredi l’ouest de la Turquie et l'île de Samos. Ce tremblement de terre a provoqué l'effondrement de plusieurs immeubles, l'inondation du port de Samos et tué au moins 19 personnes.

C’est une secousse particulièrement violente, comme l’ouest de la Turquie n’en avait pas ressentie depuis des décennies, qui a fait trembler pendant 15 secondes la province d’Izmir, à 14h51 heure locale, rapporte notre correspondante à Istanbul, Anne Andlauer.

Les images de bâtiments de plusieurs étages effondrés ou en train de s’effondrer, de nuages de poussière s’élevant dans le ciel et d’habitants paniqués se précipitant dans les rues sont très vite apparues sur les écrans de télévision et les réseaux sociaux. L’agence turque de gestion des catastrophes et des situations d’urgence (AFAD) confirme pour l’instant la mort d’au moins 17 personnes et plus de 760 blessés.

Une vingtaine de batiments effondrés à Izmir

La secousse, qui a été ressentie jusqu’à Istanbul et Athènes, s’est produite en mer Égée, au sud-ouest d’Izmir, troisième plus grande ville de Turquie, et près de l’île grecque de Samos. Les autorités turques ont chiffré la secousse à 6,6 sur l’échelle de Richter. Selon l’USGS, l'Institut d'études géologiques des États-Unis, elle s’est produite à une dizaine de kilomètres de profondeur.

Côté turc, les régions de Bornova et de Bayrakli sont les plus touchées. Selon le maire d’Izmir, Tunç Soyer, une vingtaine d’immeubles se seraient effondrés dans la province. La télévision turque a montré des images de blessés sortant des décombres et d’habitants leur venant en aide, en attendant l’arrivée des secours, qui ont parfois été retardés par les énormes embouteillages qui ont suivi la secousse.

Vendredi soir, les secours se poursuivaient sous la menace des répliques, nombreuses, qui ont atteint jusqu’à 4,8 de magnitude.

Les autorités appellent les habitants de ces régions à ne surtout pas retourner chez eux. Le séisme a aussi provoqué de très grosses vagues en bord de mer, qui ont entraîné des inondations dans les rues de Seferihisar.

Entraide

En Grèce, un « mini-tsunami » s'est produit sur l'île grecque de Samos, en mer Egée, et des dégâts matériels dans plusieurs bâtiments ont été enregistrés, selon la télévision publique grecque Ert. Deux adolescents ont été tués par l'écroulement d'un mur lors du séisme, rapporte également le média.

Lors d'un entretien téléphonique, les ministre des Affaires étrangères de la Turquie et de la Grèce « ont souligné qu'ils étaient prêts, en cas de besoin, à s'aider et se soutenir mutuellement », a indiqué le ministère turc dans un communiqué. Le Premier ministre grec Mitsotakis a pour sa part présenté ses « condoléances » au président turc Erdogan.

La promesse d'aide mutuelle exprimée vendredi rappelle l'aide que la Grèce avait offerte à la Turquie après un séisme meurtrier en 1999, un geste qui avait permis un réchauffement des relations entre ces deux pays en crise.

La France, aussi dans une relation tendue avec la Turquie, a proposé vendredi son assistance à Athènes et Ankara. « Nous sommes prêts à apporter l'aide nécessaire. Je me suis entretenu avec le gouvernement grec pour formuler ce soutien », a précisé Clément Beaune, secrétaire d'État aux Affaires européennes.