L'évolution, une révolution menée par Darwin

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Charles Darwin
    Naturaliste anglais, pionnier de la théorie moderne de l'évolution (1809-1882)

En 1859, la publication du maître livre de Darwin ébranle la conception que l'humain a de la vie : les espèces apparaissent au hasard, et sont parentes les unes des autres ! Une théorie que le biologiste a étayée par des décennies d'observations de la nature, avec une rigueur scientifique irréprochable.

Cet article est issu du magazine Les Indispensables de Sciences et Avenir n°208 daté janvier/ mars 2022.

L'an 1809. Une année charnière dans l'histoire des sciences naturelles. Celle de la publication de l'une des œuvres pionnières de la pensée évolutionniste : la "Philosophie zoologique", du Français Jean-Baptiste de Lamarck. Mais aussi celle qui voit naître Charles Darwin. Le chemin qui allait conduire le naturaliste britannique à la formulation de ses retentissantes idées allait cependant être long et sinueux.

Très tôt, le jeune Darwin se passionne pour l'histoire naturelle, collectant des pierres, herborisant lors de ses promenades… L'adolescent se désintéresse des études de médecine, puis de théologie, que son père l'encourage à suivre. Il devient l'élève de Robert E. Grant, zoologue et disciple des idées lamarckiennes. La lecture de "Zoonomia", œuvre dans laquelle son grand-père Erasmus défendait déjà en 1794 le concept général d'évolution, puis des travaux du géographe Alexander von Humboldt, finissent d'attiser en lui un ardent désir de contribuer à l'étude du monde vivant.

À bord du Beagle, un tour du monde initiatique

Le 27 décembre 1831, âgé de 22 ans, Darwin embarque à bord du HMS Beagle du capitaine Robert Fitzroy pour une expédition de presque cinq années, durant laquelle il va recueillir des spécimens. Ce voyage sera le creuset de nombre de ses futures idées. Au Cap-Vert, il constate la présence de coquillages incrustés dans les hauteurs de falaises volcaniques. Une observation qui, couplée à sa lecture des "Principes de géologie" de Charles Lyell, le conduit à embrasser l'hypothèse de son auteur : les masses terrestres se meuvent, lentement mais sûrement, au cours du temps.

Puis le Beagle met le cap sur l'Amérique du Sud, où Darwin observe la faune sauvage. Dans l'archipel des Galápagos, il est tout particulièrement intrigué par les variétés endémiques de pinsons, et la forme de leur bec qui diffère en fonction des îles. Comment expliquer ces variati[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles