L'État aide la compagnie aérienne Corsair à redécoller

Source AFP
·1 min de lecture
Corsair, la troisième compagnie française après Air France et les compagnies du groupe Dubreuil – Air Caraïbes et French Bee –, emploie 1 100 collaborateurs. (illustration)
Corsair, la troisième compagnie française après Air France et les compagnies du groupe Dubreuil – Air Caraïbes et French Bee –, emploie 1 100 collaborateurs. (illustration)

Corsair va bénéficier d'aides de l'État français dans le cadre d'un plan de reprise de la compagnie aérienne spécialiste des outre-mer, frappée, comme tout le secteur de l'aviation, par la crise du coronavirus.

Un accord prévoyant « une contribution financière globale de près de 300 millions d'euros » a été signé « entre Corsair, l'État et un consortium d'investisseurs, présentant une solution de financement collectif », a indiqué, jeudi 26 novembre, la compagnie dans un communiqué.

L'État va accompagner cette reprise « en accordant des prêts à la société pour lui permettre de mettre en ?uvre son plan de restructuration », a indiqué le gouvernement dans un communiqué, sans préciser le montant de son aide.

Lire aussi Outre-mer : les compagnies aériennes fourbissent leurs armes

Un consortium d'investisseurs

Selon le journal en ligne La Tribune, elle s'élève à 141 millions d'euros et « comprend plusieurs instruments : prêt direct, prêt participatif, exonérations de charges ». Cette aide « permettra de garantir l'avenir de la compagnie, la pérennité de ses plus de 1 000 emplois et la concurrence sur le marché de la desserte des territoires d'outre-mer au bénéfice des consommateurs hexagonaux et ultramarins », selon le gouvernement.

Dans le cadre de l'opération de reprise, les groupes allemands Intro Aviation et TUI, actionnaires respectivement à hauteur de 53 % et de 27 %, céderont la totalité de leur participation dans le capital de Corsair, a indiqué la compagnie [...] Lire la suite