Non, l'été ne va pas arrêter le coronavirus, alertent des chercheurs

Futura avec l'AFP-Relaxnews

Le réchauffement estival ne sauvera pas à lui seul l'hémisphère Nord de la pandémie de Covid-19, concluent des chercheurs de l'université américaine Princeton dans une étude publiée lundi par la revue Science.

Des études statistiques, conduites ces derniers mois malgré le peu de recul sur le nouveau coronavirus, ont établi une légère corrélation entre le climat et l'épidémie : plus il fait chaud et humide, moins le virus se propagerait. Mais ces calculs restent préliminaires et on ignore fondamentalement le lien biologique entre le climat et Sars-Cov-2, le virus qui cause le Covid-19.

Ni la faible immunité collective ni la chaleur estivale ne parviendront à éradiquer le virus. Ce qui est certain est que le masque sera l'accessoire tendance sur les plages cet été, avec quelques loupés au niveau du bronzage ! © Tropical studio, Adobe Stock

L'été n'aurait qu'une influence négligeable sur le coronavirus

Les modèles publiés dans Science ne contredisent pas la corrélation, mais le considèrent négligeable pour l'instant. « Nous prévoyons que les climats plus chauds et humides ne ralentiront pas le virus dans les stades initiaux de la pandémie », explique la première autrice de l'étude, Rachel Baker, chercheuse en post-doctorat à Princeton, dans un communiqué de l'université.

Le climat, en particulier l'humidité, joue un rôle dans la propagation d'autres coronavirus et de la grippe, mais ce facteur devrait être limité par rapport à un autre facteur beaucoup plus important dans la pandémie actuelle, selon les chercheurs : la faible immunité collective contre Sars-Cov-2, c'est-à-dire que la réserve de gens à infecter reste amplement suffisante pour assurer une progression rapide. « Le virus se propagera vite, quelles que soient les conditions climatiques », ajoute la chercheuse.

Immunité collective : explications de Samuel Alizon, spécialiste des maladies infectieuses

Le virus deviendrait saisonnier et hivernal

En l'absence de mesures de contrôle ou de vaccin, disent les auteurs...

> Lire la suite sur Futura