L'été des braqueurs

·2 min de lecture

Chaumet, Dinh Van, Bulgari. À chaque enseigne sa boutique parisienne dévalisée. Cet été, la réouverture, après confinement, des maisons de joaillerie a excité la cupidité des malfaiteurs. En plein jour, munis de gros calibres et d’un culot certain, vieux bandits ou jeunes loups ont tenté le coup. Souvent avec succès… Après une accalmie de plusieurs années, les « bracos » sont de retour. Et leurs auteurs se sont adaptés aux contraintes de l’époque. 

Midi, le 7 septembre, place Vendôme à Paris. Trois hommes cagoulés sortent d’une voiture, armés de pistolets-mitrailleurs, et marchent jusqu’à la boutique Bulgari. Les devançant, un quatrième, habillé élégamment, pousse la porte de la bijouterie. Masque chirurgical sur le visage, il s’adresse poliment, comme un client ordinaire, au vendeur qui l’accueille. Deux de ses acolytes s’engouffrent derrière lui sans montrer qu’ils le connaissent. Le dernier reste sur le trottoir, pour surveiller.

Lire aussi:Braquage d'une bijouterie Chaumet à Paris, 2 à 3 millions d'euros de butin

«C’est ce qu’on appelle “l’enquillade”», explique un ancien braqueur expert en «gros coups». «L’entrée, moment crucial, doit se faire le plus discrètement possible pour que, de l’extérieur, on ne devine rien.» À l’intérieur, les intrus exhibent leurs armes et font savoir leurs intentions: «À terre! Obéissez et tout ira bien.» Ils doivent crier, terroriser, sans prendre le risque de tirer des coups de feu. Il s’agit d’immobiliser les bijoutiers et les vigiles avant qu’ils puissent appuyer sur le bouton qui alerterait les forces de l’ordre. Le complice, lui, continue de jouer son rôle. Faux client mais vrai voyou, il s’allonge au sol avec les vendeurs.

Le braqueur s’enfuit... à trottinette!

Un des bijoutiers est mis en joue, forcé d’ouvrir les présentoirs et les vitrines. Les voleurs choisissent les parures qu’ils enfouissent dans leurs sacs. En connaisseurs, ils privilégient des pièces uniques de haute joaillerie. Puis ils doivent fuir, vite. Trois «collègues», qui attendaient dehors aux commandes de deux scooters et d’une voiture, démarrent immédiatement. Poursuivie par la police, leur BMW est stoppée dans une impasse du IV e arrondissement. Un des(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles