Comment l'équipe de campagne de Donald Trump aurait soutiré des millions de dollars à ses partisans

·1 min de lecture

Donald Trump aurait convaincu ses partisans de contribuer financièrement à sa campagne 2020 via ce qui ressemble comme deux gouttes d'eau à une arnaque. Comme l'a révélé le New York Times, le 3 avril, ce système frauduleux aurait permis de recevoir, grâce à des paiements mensuels puis hebdomadaires, des millions de dollars de dons à l'approche des élections.

C'est en mars 2020 que la stratégie semble avoir été mise en place. Sur le portail dédié aux dons en ligne pour la campagne de Donald Trump, une petite case pré-cochée est venue s'ajouter. À moins de la décocher manuellement, elle implique un versement mensuel de la somme indiquée par les donateurs. Sauf que la plupart d'entre eux ne souhaitaient faire qu'un don spontané et ont eu la mauvaise surprise de se voir prélever pendant plusieurs mois la même somme, parfois très élevée.

>> A lire aussi - États-Unis : le Boeing 757 de Trump hors service ?

Mais l'équipe de campagne de Donald Trump ne s'est pas arrêtée là. Pour faire grimper la cagnotte encore plus vite, en juin 2020, une deuxième case a été ajoutée. Son action : doubler automatiquement le don. Pire, à l'automne, alors que l'élection approchait à grand pas, la première case, qui mettait en place un don mensuel, a été transformée en don hebdomadaire. D'après le New York Times, la non-responsabilité de l'équipe de campagne dans ces dons n'apparaissait plus gras en gras dans les mentions légales de la plateforme.

>> A lire aussi - Un gros réseau d'agences de voyage supprime (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

À Paris, les parents vont devoir payer les activités périscolaires annulées de leurs enfants
Le Portugal a-t-il payé pour recevoir ses prix de meilleure destination touristique ?
Des centaines de doses de vaccin AstraZeneca n'ont pas trouvé preneur ce week-end
Plusieurs ministres surpris dans des restaurants clandestins parisiens ?
Deux Irlandaises arrêtées pour avoir refusé la quarantaine à l'arrivée