Grace Mugabe visée par une plainte pour agression en Afrique du Sud

Grace Mugabe, vue ici avec son mari le président zimbabwéen Robert Mugabe, soupçonnée d'avoir agressé une femme dimanche soir dans un hôtel de Johannesburg, s'est livrée mardi à la police sud-africaine. /Photo prise le 2 juin 2017/REUTERS/Philimon Bulawayo

JOHANNESBURG (Reuters) - La première dame du Zimbabwe, Grace Mugabe, est visée par une plainte pour agression en Afrique du Sud où elle est soupçonnée d'avoir frappé une jeune femme dans un hôtel de Johannesburg.

Le ministre sud-africain de la police, Fikile Mbabula, a déclaré mardi que l'épouse du président Robert Mugabe s'était livrée à la police mais, après des heures de confusion, il est apparu que cela n'a pas été le cas.

Dans la soirée, un haut responsable du gouvernement zimbabwéen a dit que Grace Mugabe était rentrée dans son pays, ajoutant ignorer d'où provenait "cette histoire de plainte pour agression".

D'après la presse sud-africaine, Grace Mugabe, qui est âgée de 52 ans, aurait frappé et blessé au visage une jeune femme dans un hôtel du quartier chic de Sandton, dimanche soir.

Grace Mugabe se serait rendue en Afrique du Sud pour raisons médicales. Elle voyageait avec un simple passeport, dit-on à Harare auprès des services de renseignement, et non avec un passeport diplomatique, lui assurant l'immunité.

Selon le média en ligne News24, Gabriella Engels, une mannequin de 20 ans, était venue rendre visite aux enfants Mugabe, Robert et Chatunga, pour le week-end.

"Quand Grace est entrée, je ne savais pas qui c'était. Elle s'est approchée avec une rallonge électrique et a commencé à me frapper avec", a raconté Gabriella Engels à News24.

"Elle est devenue folle et a continué à me frapper avec la rallonge. Encore et encore. Je ne comprenais pas ce qui se passait (...) J'ai dû ramper pour sortir de la chambre avant de pouvoir m'enfuir".

News24 a publié une photo sur laquelle apparaîtrait Gabriella Engels, avec une large entaille au front. "Je suis mannequin. Avec une cicatrice sur le visage, ma carrière est terminée", a-t-elle indiqué.

On ignore ce qui a déclenché l'altercation.

Grace Mugabe fait partie des personnes mentionnées pour succéder à son mari, qui est âgé de 93 ans et dirige le Zimbabwe depuis 1980.

(James Macharia, avec Ed Cropley, TJ Strydom et Tanisha Heiberg, et avec MacDonald Dzirutwe à Harare, Arthur Connan et Gilles Trequesser pour le service français)

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages