L'épidémiologiste Renaud Piarroux : "Il faut se préparer à une troisième vague"

·1 min de lecture

Spécialiste reconnu de la gestion des épidémies et concepteur d'un dispositif pilote à Paris, Renaud Piarroux, chef du service de parasitologie du CHU de La Pitié-Salpêtrière (AP-HP), appelle à la création de centres Covid-19 dans tout le pays pour améliorer le traçage des cas contact et aider les personnes infectées à bien s'isoler.

Pourquoi le premier déconfinement a-t-il échoué?
Le gouvernement n'a pas réussi à faire comprendre qu'il y aurait une deuxième vague si la population se relâchait trop. Notamment à cause de certains scientifiques très écoutés et très relayés qui ont répété qu'il n'y allait pas en avoir. Ça a été très compliqué de se faire entendre dans ce contexte. Il fallait réagir dès le mois d'août – la courbe des cas était encore basse mais elle progressait vite – et appuyer sur le frein non pas à partir d'un certain nombre de cas, mais dès le moment où ce nombre augmentait. L'objectif était de préserver l'économie, mais qu'a-t-on préservé, quand on voit où on en est aujourd'hui?

Toute l'Europe est touchée, aurait-on vraiment pu éviter cette deuxième vague?
On l'aurait subie de toute façon, même si on avait réussi à maintenir les cas à un niveau plus bas, comme en Autriche ou en Allemagne. Mais au moins, ces pays ne sont pas submergés ; ils peuvent adopter des mesures plus facilement acceptables par leurs populations. Nous, nous sommes parmi les plus mal engagés. En Europe, c'est un choix collectif que de laisser les frontières de l'Union ouvertes et de vivr...


Lire la suite sur LeJDD