L'épidémiologiste Arnaud Fontanet au JDD : "Sans confinement, les chances de contrôler l'épidémie sont minces"

·1 min de lecture

Le troisième confinement, s'il reste toujours une option, n'est pas encore à l'ordre du jour, comme l'a répété le Premier ministre, Jean Castex, jeudi lors de sa conférence de presse hebdomadaire sur l'épidémie de Covid-19. Mais pour l'épidémiologiste Arnaud Fontanet, professeur à l'Institut Pasteur et au Cnam, "les chances de contrôler l'épidémie sont minces". Ce membre éminent du Conseil scientifique réagit pour la première fois dans Le Journal du dimanche au choix du gouvernement de laisser la France ouverte. Il alerte sur "le risque de voir la situation sanitaire se dégrader encore".

Avez-vous compris la décision du Président de ne pas reconfiner?
L'alternative aurait été un confinement tout de suite, qui, s'il avait été accepté par la population, aurait permis de soulager les hôpitaux et de reprendre le contrôle de l'épidémie avec un "Tester-Alerter-Protéger" plus efficace une fois le nombre de nouveaux cas ramené à quelques milliers par jour. Mais le coût économique, social et scolaire aurait été très élevé. Du coup, le gouvernement a choisi de laisser une dernière chance au non-reconfinement, au risque de voir la situation sanitaire se dégrader encore, et d'être contraint plus tardivement au reconfinement. Le conseil scientifique fait des projections selon différents scénarios (confinement immédiat ou non). C'est le rôle du politique d'arbitrer entre les enjeux sanitaires, économiques et sociétaux.

 

"

Le couvre-feu et les vacances vont avoir un impact sur la circulatio...


Lire la suite sur LeJDD