L'épidémie de bronchiolite «terrorise» les parents, le gouvernement déclenche le plan blanc

C'est la hantise des parents depuis la rentrée : l'épidémie de bronchiolite . Le ministre de la Santé a dû se rendre à l'évidence : les urgences pédiatriques sont submergées et incapables de traiter l'afflux de malades. Près de 7.000 enfants admis la semaine dernière, soit une hausse de 7%. La précocité et la force de cette vague empêchent les services de les accueillir dans de bonnes conditions.

C'est même l'angoisse de Vanessa, maman de deux jeunes enfants en Île-de-France, un département particulièrement touché, qui a peur de ne pas pouvoir être accueillie avec ses enfants. "C'est quelque chose qui me terrorise assez", confie-t-elle au micro d'Europe 1.

>> Retrouvez Europe Matin en replay et en podcast ici

"Quand je vois les urgences surchargées, je me dis, pourvu que j'arrive à gérer mon fils"

C'est une maladie aux symptômes très spectaculaires qui touche un tiers des bébés de moins de deux ans. "Il avait six mois quand il a eu la bronchiolite pour la première fois. Respiration sifflante, les lèvres légèrement bleues. Aujourd'hui, quand je vois les urgences surchargées comme elles sont, je me dis pourvu que j'arrive à gérer mon fils et ma fille. Pourvu que, si jamais ils attrapent cette saleté de bronchiolite, elle ne soit pas corsée comme ils ont pu l'avoir quand ils avaient entre zéro et un an", continue Vanessa qui a décidé de prendre les devants si ces enfants tombaient malades. "J'ai mes beaux-parents qui vivent à Rouen donc si on avait besoin de partir en u...


Lire la suite sur Europe1