L'épave du Bugaled Breizh va être démantelée

L'épave du Bugaled Breizh va être démantelée
Le Bugaled Breizh, remorqué sur le port de Brest. - AFP
Le Bugaled Breizh, remorqué sur le port de Brest. - AFP

Près de 20 ans après le naufrage, l'épave du Bugaled Breizh, un navire de pêche breton qui avait brutalement coulé avec cinq hommes à bord début 2004 au large des côtes britanniques, va être démantelée, a-t-on appris mardi de source judiciaire.

L'action en justice étant close en France et en Grande-Bretagne, "la décision a été prise de démanteler" le navire "et nous sommes en train de contracter avec une entreprise privée pour procéder à cette opération. Le marché public est en cours", a déclaré le procureur général à la cour d'appel de Rennes, Frédéric Benet-Chambellan, confirmant une information du quotidien régional Ouest-France.

Un coût de 50.000 euros

Pour le moment, il est envisagé que ce démantèlement, pour un coût évalué à "environ 50.000 euros", "se ferait au port militaire" de Brest où l'épave est stationnée à quai depuis son renflouement six mois après le naufrage.

"L'exécution se déroulerait dans le trimestre ou le semestre à venir", a-t-on précisé de même source.

Les parties civiles ont été prévenues de cette décision et n'ont pas manifesté de demande spécifique jusqu'à présent, telle que conserver certaines pièces du chalutier à titre de souvenir. "Je n'ai pas été saisi d'une telle demande. Si jamais cela était, je pense que je ne m'y opposerai pas", a indiqué le magistrat, évoquant par exemple des éléments tels que le nom du Bugaled Breizh ("Enfants de Bretagne" en breton).

Sur le plan judiciaire, "la justice a tranché mais les parties civiles ne sont pas toutes convaincues" par la décison rendue, un non-lieu, a reconnu le procureur général.

Exercice militaire de l'Otan

Interrogé sur le fait que le secret défense n'a pas été levé pendant l'instruction, ce qui aurait permis à la justice d'élargir son périmètre d'investigations, Frédéric Benet-Chambellan a répondu: "Je comprends que ça a pu troubler, créer des doutes". Outre le non-lieu prononcé côté français, la justice britannique a conclu à un accident de pêche.

Pour les proches des victimes, le Bugaled Breizh, immatriculé au Guilvinec (Finistère), a été envoyé par le fond par un sous-marin qui se serait pris dans son train de pêche. Car, au même moment, se déroulait dans le secteur un exercice militaire de l'Otan impliquant plusieurs sous-marins européens et américain.

Le navire avait sombré en une minute par 80 mètres de fond le 15 janvier 2004, alors qu'il était en pêche au large du cap Lizard (Cornouailles). Le patron avait juste eu le temps de prévenir un autre chalutier breton qui se trouvait à proximité.

Article original publié sur BFMTV.com