Léo Music, victime de harcèlement scolaire, chante son calvaire

"15 ans et demi, il est déjà meurtri. La peur au ventre, il sourit". Voici les premières phrases d’Exister. Des mots durs aux accents pop qui témoignent de la terrible histoire de Léo, un jeune artiste de Metz aujourd’hui âgé de 18 ans.Moqué, humilié et même frappé parce que différent, Léo Music a vécu un véritable enfer au lycée. "Ce petit garçon était la risée, tout ça parce qu’il était maquillé" chante-t-il dans son dernier opus, tout juste sorti des studios d’enregistrement. Comme beaucoup d’adolescents victimes de harcèlement scolaire, Léo s’est renfermé sur lui-même. "A longueur de journée, il ne faisait que pleurer, tout seul dans son coin ensangloté" raconte-t-il dans sa chanson. "Ses parents (…) ne savaient rien de ce qu’il se passait" jusqu’au jour où Léo a craqué. "Sa mère le trouva ensanglanté". Un message de tolérance Ce texte a eu l’effet d’une véritable thérapie sur Léo qui reconnaît aujourd’hui que cette chanson "l’a aidé à extérioriser" ce drame. Le jeune chanteur dit également "être très fier de ce titre" qui parle de liberté et de tolérance. Des valeurs qui ont séduit Néro, le manager de Léo. "On s'est dit que ça valait vraiment le coup de faire tout ça ensemble".Sur les réseaux sociaux, Léo, qui a été confronté aux critiques, s’entoure aujourd’hui d’une forte communauté de fans, très soudée autour du chanteur. Une notoriété que le jeune artiste a du mal à réaliser. "Je ne me rends pas vraiment compte qu’il y a des milliers de personnes qui m’écoutent derrière un écran". Après trois opus, Léo, qui a signé avec un label mosellan, doit prochainement sortir son premier album.