L'énigme des momies du Tarim enfin résolue

·2 min de lecture

La région autonome ouïghoure du Xinjiang au nord-ouest de la Chine faisait partie de la route de la soie, elle était une zone géographique au carrefour des migrations humaines et du commerce à travers l'Asie mais également entre l'Asie et l'Europe au IIe siècle avant J.-C. La région de Xinjiang (dénommée à la fin du XIXe siècle le Turkestan oriental) est divisée en deux zones, celle du nord comprenant notamment la Dzoungarie et celle du sud, qui inclut le bassin du Tarim.

Entre 3.000 et 2.600 avant J.-C. (Âge du Bronze), des éleveurs appartenant à la culture d'Afanasievo peuplaient la Dzoungarie et utilisaient des langues tokhariennes. Les traces archéologiques (notamment des textes bouddhistes) de ces langues dans différentes zones d'Asie et notamment au Tarim avaient ainsi permis aux anthropologues et archéologues de supposer quels avaient été les déplacements et influences des éleveurs de Dzoungarie en Asie.

Chine : la plus ancienne cité impériale jamais découverte

Les centaines de momies du Tarim sont des restes humains dont l'origine intrigue les scientifiques depuis plusieurs décennies. Elles ont été exhumées au niveau du site de Xiaohe et leur datation est comprise entre deux millénaires avant J.-C. et 200 ans après J.-C. Si les corps ont été inhumés, il y a quatre millénaires pour certains, la dessication due à l'environnement désertique et salé les a maintenus dans un état de conservation exceptionnel, à tel point que les traits des visages sont encore visibles.

Momie d'une femme dans le bassin du Tarim. © Wenying Li, Xinjiang Institute of Cultural Relics and Archaeology
Momie d'une femme dans le bassin du Tarim. © Wenying Li, Xinjiang Institute of Cultural Relics and Archaeology

L'une des caractéristiques intrigantes de ces visages est, par ailleurs, le fait que ces derniers arborent des traits suggérant une ascendance européenne plutôt qu'asiatique. Ces momies intriguent également en raison des cercueils en forme de bateau surmontés de peaux de bétail dans lesquels elles étaient disposées. Les tombes étaient localisées par des poteaux de bois ou par des rames. Les...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles