L'énigme de l'augmentation de la distance Terre-Lune est résolue

En 1755 le philosophe Immanuel Kant a publié un remarquable opuscule intitulé Histoire naturelle universelle et théorie des cieux : Essai sur la constitution et l'origine mécanique de toute la structure de l'univers basé sur les principes newtoniens. Non seulement il y exposait ce qui allait devenir le modèle de Kant-Laplace pour la cosmogonie du Système solaire, théorisait un cosmos peut-être infini mais surtout rempli de galaxies similaires à la Voie lactée, des « Univers-îles » selon les mots de Kant, mais il prédisait également que la distance entre la Lune et la Terre devait augmenter avec le temps.

De Kant à Darwin

Parfaitement maître des concepts de la physique newtonienne, à défaut des mathématiques newtoniennes développées au même moment par des Leonhard Euler et d'Alembert, Kant comprend que la loi de conservation du moment cinétique et l’existence de frottements des océans déformés par les forces de marée de la Lune, en raison de la rotation de la Terre, conduisent à dissiper l’énergie cinétique de rotation sur elle-même de notre Planète bleue. Le ralentissement de la rotation de la Terre faisant diminuer son moment cinétique, il doit conduire à une augmentation de celui de la Lune autour de la Terre pour assurer la conservation du moment cinétique total Terre+Lune et donc une augmentation de la distance entre les deux corps célestes — sur toutes ces notions élémentaires de mécaniques, on pourra consulter les cours de physique de deux prix Nobel Feynman et Landau.

George Darwin (1845 - 1912) vers 1906. © DP
George Darwin (1845 - 1912) vers 1906. © DP

Du vivant de Kant, mais dans le demi-siècle qui va suivre, d'Alembert, Lagrange et Laplace vont développer intensivement la théorie des marées sur des bases mathématiques et c’est sur ces bases également que l’astronome et mathématicien anglais George Howard Darwin (1845-1912) va donner corps solidement, vers 1880, aux idées de Kant sur le ralentissement de la rotation de la Terre et l’éloignement progressif de la Lune. Pour la petite histoire, et...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura