L'énigmatique signal « Wow ! » pourrait avoir été émis depuis une étoile comme le Soleil

En 1977, le radiotélescope de l’université d’État de l’Ohio, aux États-Unis, un instrument surnommé Big Ear — comprenez, grande oreille —, enregistrait un puissant signal de 72 secondes. Tellement inhabituel que les astronomes l’ont qualifié de « signal Wow ! ». Plus de 40 ans ont passé et personne n’avait encore réussi à identifier la source de ce signal. Laissant place à la plus folle des hypothèses : il aurait été émis par une intelligence extraterrestre.

Pourtant, que ce soit dans cette région du ciel ou une autre, jamais plus un tel signal n’a pu être enregistré depuis. Ni par Big Ear ni par un autre instrument. Mais c’est justement de l’hypothèse d’une origine extraterrestre qu’un astronome amateur, le YouTubeur Alberto Caballero, est parti. Il a enfin pu identifier dans la région d’émission du signal « Wow ! » — comme spéculé dans les années 1970 –, une étoile semblable à notre Soleil.

Dans les années 1970, Big Ear, le radiotélescope de l’université d’État de l’Ohio a cherché des signaux en provenance de civilisations extraterrestres. En 1977, il a enregistré un signal tellement puissant que les astronomes qui ont analysé les données l’ont annoté d’un « Wow ! ». © Big Ear Radio Observatory and North American Astrophysical Observatory
Dans les années 1970, Big Ear, le radiotélescope de l’université d’État de l’Ohio a cherché des signaux en provenance de civilisations extraterrestres. En 1977, il a enregistré un signal tellement puissant que les astronomes qui ont analysé les données l’ont annoté d’un « Wow ! ». © Big Ear Radio Observatory and North American Astrophysical Observatory

Une hypothèse qui reste à vérifier

Finalement, si les astronomes n’avaient jusqu’alors pas pu identifier la source potentielle du signal « Wow ! », c’est peut-être tout simplement parce qu’ils ne disposaient pas de données suffisamment pointues sur la région de l’espace dont il nous est arrivé. Alberto Caballero, lui, a exploité la base de données publique extrêmement détaillée du satelllite Gaïa.

Parmi les milliers d’étoiles recensées dans la région, les quelques dizaines jugées potentiellement intéressantes, une seule — du moins parmi celles recensées au catalogue de Gaïa — a finalement retenu l’attention de l’astronome amateur. L’étoile baptisée 2MASS 19281982-2640123 est une sorte de sosie de notre Soleil. Elle présente la...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles