L'énergie osmotique pourrait-elle participer au futur mix énergétique ?

En plus des énergies renouvelables déjà exploitées, l'entreprise Sweetch Energy propose d'en ajouter une déjà connue mais peu utilisée jusqu'à maintenant : l'énergie osmotique. Elle est générée par la différence de salinité entre l'eau douce et l'eau salée, qui se rencontrent dans des estuaires, là où les fleuves se jettent dans la mer.

« Le sel dans l'eau est une forme de stockage d'énergie, et cette énergie peut se libérer quand on mélange eau salée et eau douce, explique Pascal Le Melinaire, cofondateur de l'entreprise. Dans les estuaires et les deltas de la planète, c'est généralement une dissipation d'énergie sous forme de chaleur qui se produit. » Mais capter cette énergie pour en faire de l'électricité nécessite une technologie particulière« Nous utilisons une technologie INOD®, composée de membranes nanométriques fabriquées à partir de matériaux biosourcés et respectueux de l'environnement », précise un communiqué de l'entreprise.

L'idée de Sweetch Energy est de créer des centrales au niveau des estuaires. © Sweetch Energy
L'idée de Sweetch Energy est de créer des centrales au niveau des estuaires. © Sweetch Energy

Une énergie renouvelable et non émettrice de gaz à effet de serre

Le potentiel de cette énergie est gigantesque : au total, si tous les estuaires étaient exploités, ce seraient 27.000 TWh qui seraient produits par an, soit la consommation mondiale en électricité. « Elle a l'avantage d'être permanente, contrairement au solaire et à l'éolien : tant que la rivière coule, on peut produire. Tout comme ces énergies, elle est renouvelable et non émettrice de GES », explique Pascal Le Melinaire.

Tant que la rivière coule, on peut produire

Le principe est simple : au niveau d'un estuaire, l'eau douce est pompée d'un côté, l'eau de mer de l'autre. Elles sont toutes deux acheminées à travers des systèmes de membranes et d'électrodes, qui génèrent de l'électricité grâce au courant ionique. Ces eaux sont ensuite rejetées dans la rivière, intactes. Comme le rappelle Pascal Le Melinaire, « il n'y a pas d'extraction d'eau, nous faisons seulement une...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles