L'émouvant témoignage du mari de Paulette Guinchard, ex-secrétaire d'Etat morte par suicide assisté

·2 min de lecture

Le mari de Paulette Guinchard, ex-secrétaire d'Etat aux personnes âgées, décédée à 71 ans après avoir eu recours au suicide assisté, a raconté le choix de son épouse et ses derniers instants. 

Le cas de Paulette Guinchard, ex-secrétaire d'Etat aux personnes âgées décédée après avoir eu recours au suicide assisté, a ému et relancé le douloureux et délicat débat sur la fin de vie et l’euthanasie. Agée de 71 ans, souffrante, l’ex-députée est morte en Suisse, le suicide assisté étant illégal en France. Son mari a témoigné sur BFM TV, donnant quelques détails sur les derniers moments de son épouse. Il indique qu’elle souffrait du «syndrome cérébelleux», «une maladie neuro-dégénérative qui atteint tous les muscles, qui finissent par se paralyser», explique-t-il.

"Elle savait que ça allait à la paralysie complète"

Son épouse «savait que ça allait à la paralysie complète. Elle ne pouvait pas supporter ça, de voir ça. Ça faisait longtemps qu’elle pensait au suicide, à mettre fin à cette maladie», confie-t-il.

Tout deux avaient échangé sur le sujet. «C’est quand même con qu’il faille aller en Suisse pour faire ça et que ça puisse pas se faire en France, lui a-t-il fait remarquer. Elle me dit : "Tu as raison. Il faudrait que mon cas puisse servir à faire avancer la cause"», se souvient-il encore.

"Il n’y a eu de sa part aucune hésitation"

Avec dignité et courage, il a aussi évoqué les derniers instants de sa femme : «En Suisse, ils s’entourent bien de garanties. Il faut d’une part que la personne soit très déterminée, c’est-à-dire qu’ils jouent le temps, ils veulent s’assurer que ça ne soit pas fait sur un coup de tête», commence-t-il par expliquer. «Il faut que la personne soit en mesure de tourner elle-même une vanne. Au dernier moment, quand il s’agit de tourner le robinet, vous pouvez revenir un peu sur votre décision.» Dans le cas de sa femme, «il n’y a eu de sa part aucune hésitation». «C’était même remarquable.(...)


Lire la suite sur Paris Match