L'émouvant discours de Jean-Louis Borloo pour son "frère" Bernard Tapie

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Jean-Louis Borloo a rendu un vibrant hommage à son ami Bernard Tapie, mercredi lors d'un discours à l'église de Saint-Germain-des-Prés, à l'occasion de la première messe donnée à Paris. 

A la sortie de l'église de Saint-Germain-des-Prés, il a porté le cercueil de Bernard Tapie, son ami de 45 ans. Un moment fort, partagé avec Jean-Pierre Papin, Basile Boli, Bernard Hinault, Claude Lelouch, Stéphane Tapie et Noelle Bellone. Lors de la messe hommage, à laquelle ont assisté Nicolas Sarkozy, Brigitte Macron, Roselyne Bachelot...- l'ex-ministre a prononcé un émouvant discours pour saluer la mémoire de son «frère». «Je n’aurais jamais cru que ce jour arriverait», a-t-il introduit avant de rappeler les racines familiales et le parcours de celui que beaucoup surnomment l'homme aux mille vies.

"Tu faisais du vélo malgré la chimio, des pompes malgré les opérations"

«Tu as croqué la vie à pleine dents, sans jamais manger la feuille de match. Attaqué de toutes parts par des meutes invisibles, tu as été innocenté par la justice des hommes d’une agression qui t’aura miné pendant 25 ans, et tellement affaibli quand tu avais besoin de toutes tes forces». L'avocat a évoqué également le long combat contre le cancer qu'il a mené quatre ans durant. «Face à la maladie, toi qui préfères l’attaque, tu as dû te résoudre à jouer en défense, une défense de fer ponctuée de fulgurantes contre-attaques. Tu leur as tout fait, à tes cancers, tu les as bombardé en payant le prix de la souffrance dans ton propre corps. Tu faisais du vélo malgré la chimio, des pompes malgré les opérations et tu as osé toutes les expérimentations médicales possibles dans le monde. Tu as mené ce combat avec ton courage, ton intelligence, ton ingéniosité, refusant morphine et anti-douleurs pour ne pas affaiblir ton corps en lutte face à l’ennemi. Tu as été tout simplement héroïque».

"Tu étais serein, apaisé, vous étiez beaux"

Il a pu dire au revoir à son(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles