L'émissaire de l'ONU pour le Sahara occidental rencontre le chef du Front Polisario

L'émissaire de l'ONU pour le Sahara occidental a terminé dimanche une visite de deux jours dans les camps de réfugiés de Tindouf, en Algérie. Après celle de janvier, c'est la deuxième tournée de Staffan de Mistura dans la région depuis qu'il a été nommé en novembre. Il s'était aussi rendu au Maroc, en juillet. Au cœur de son déplacement samedi et dimanche : des rencontres avec des représentants du Front Polisario, mouvement indépendantiste qui réclame un référendum d'autodétermination pour le Sahara occidental.

C'est avec le chef du Front Polisario, Brahim Ghali, que Staffan de Mistura s'est entretenu dimanche après avoir rencontré d'autres représentants du mouvement indépendantiste la veille. Une réunion à huis clos, selon l'agence de presse algérienne APS, notamment pour préparer un rapport qui doit être présenté au conseil de sécurité des Nations unies dans les prochaines semaines.

Avant cette visite, un porte-parole de l'ONU indiquait que Staffan de Mistura avait « toujours hâte de pouvoir approfondir les consultations avec toutes les parties concernées sur la perspective de faire avancer de façon constructive le processus politique au Sahara occidental ».

Un territoire, que l'ONU considère comme « non autonome », et pour lequel s'opposent depuis plusieurs décennies le Front Polisario soutenu par l'Algérie, qui réclame un référendum d'autodétermination, et le Maroc, qui propose un plan d'autonomie sous sa souveraineté.

Dimanche soir, Oubi Bouchraya, membre de la direction du Front Polisario chargé de l'Europe et de l'Union européenne, affirmait que le mouvement était engagé à faciliter la tâche de l'émissaire onusien, tout en continuant à défendre son droit à l'autodétermination.


Lire la suite sur RFI