Législatives : une vague historique du RN déferle sur l'Assemblée

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
© AFP
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Balayé l'objectif de 15 élus pour former un groupe à l'Assemblée. Balayé le record des 35 députés obtenus en 1986, à l'époque à la faveur de la proportionnelle intégrale. Balayées aussi les dernières projections des instituts de sondage qui accordaient au grand maximum au Rassemblement national 80 sièges (selon Ipsos) et plus globalement une cinquantaine ou une soixantaine de sièges. Dimanche soir, à l'issue des élections législatives , le parti de Marine Le Pen remporterait en réalité entre 80 à 100 sièges, selon la première indication de l'Ifop diffusée peu après 20 heures. Une véritable vague, qui traduit une percée de cette formation dans les situations de duels, face à la Nupes de gauche ou à la majorité Ensemble.

La progression par rapport aux précédents scrutins est incontestable. En 2012, après la première campagne présidentielle de Marine Le Pen, le RN avait eu deux élus à l'Assemblée nationale, Gilbert Collard et Marion Maréchal-Le Pen. En 2017, alors que Marine Le Pen sortait cette fois en finaliste fragilisée de la présidentielle, ce nombre d'élus était passé à 8, avec notamment Marine Le Pen, Louis Aliot et Gilbert Collard pour un second mandat. En cinq ans, le RN multiplie donc au moins par dix ce résultat.

Plus d'informations à suivre...

 


Retrouvez cet article sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles