Législatives : trois candidats de la Nupes assurés d'être élus dimanche lors du second tour

Clémentine Autain (LFI), candidate aux régionales en Ile-de-France, avant un débat télévisé, le 14 juin 2021 à Paris - Ludovic MARIN © 2019 AFP
Clémentine Autain (LFI), candidate aux régionales en Ile-de-France, avant un débat télévisé, le 14 juin 2021 à Paris - Ludovic MARIN © 2019 AFP

Des candidats dissidents de gauche arrivés en deuxième position derrière la Nupes lors du premier tour des élections législatives se sont retirés au profit des candidats de l'union de la gauche.

Au second tour des élections législatives dimanche, certains candidats vont concourir... contre eux-mêmes. Quatre qualifiés ont en effet décidé de se retirer. Deux autres, engagés dans des triangulaires, se sont vus retirer le soutien de leur parti mais n'ont pas accepté de se désister.

Trois candidats de l'alliance de gauche, la Nouvelle union populaire écologique et social (Nupes), seront seuls au second tour et donc assurés de gagner, après le désistement de leurs rivaux.

Des dissidents de gauche se retirent au profit de la Nupes

Dans la deuxième circonscription de Seine-Saint-Denis, la candidate divers gauche Virginie de Carvalho s'est retirée au profit de la sortante et candidate Nupes Clémentine Autain, arrivée en tête avec 46,15% des suffrages. Avec 14,83%, Virginie de Carvalho a décidé de ne "pas [s']opposer à la candidate de la Nupes", a-t-elle écrit sur Facebook le 13 juin.

Toujours en Seine-Saint-Denis, dans la 4e circonscription, c'est le maire de Stains et dissident PCF Azzedine Taïbi qui se retire, malgré ses 21,43%. La communiste investie par la Nupes Soumya Bourouaha est arrivée en tête avec 36,13% des voix.

En Guadeloupe, c'est Elie Califer maire PS de Saint-Claude investi par la Nupes dans la quatrième circonscription qui sera seul au second tour. Marie-Luce Penchard, ex-ministre de l'Outre-mer sous Nicolas Sarkozy, soutenue par la majorité présidentielle, a décidé de se retirer après avoir réuni 19,88% des voix.

"Les conditions n'étaient plus réunies pour continuer l'aventure", explique-t-elle dans un post Facebook.

Front républicain

Dans la première circonscription du Lot-et-Garonne, la candidate Nupes Maryse Combres a appliqué strictement le front républicain. Arrivée en troisième position avec 26,21% des voix, elle a décidé de retirer sa candidature au profit du candidat de la majorité présidentielle Michel Lauzzana (29,64%) face au RN Sébastien Delbosq (27,84%).

La "présence dangereuse d’un candidat de l’extrême-droite ne nous permet pas de maintenir sereinement une candidature", écrit-elle.

Dans la deuxième circonscription du Lot-et-Garonne en revanche, pas question de se retirer pour le candidat de la majorité présidentielle Alexandre Freschi, face à ses rivaux RN et Nupes, malgré sa troisième position avec 25,62% des suffrages exprimés. M. Freschi a été débranché par la direction nationale d'Ensemble!.

Dans la deuxième de la Nièvre, Marie-Anne Guillemain, pour la Nupes, qui a décidé de se maintenir contre ses rivaux du RN et d'Ensemble!. EELV et le PCF lui ont retiré leur soutien.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Législatives : Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon se rendent coup pour coup avant le second tour

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles