Législatives : toujours aucun accord entre le PCF et les Insoumis

Fabien Roussel (PCF), lors de son meeting au Cirque d'hiver de Paris, le 10 mars 2022.
Fabien Roussel (PCF), lors de son meeting au Cirque d'hiver de Paris, le 10 mars 2022.

Pour le Parti communiste français (PCF), les propositions de La France insoumise n'ont pas permis à cette heure de trouver un accord pour les législatives de juin. La formation de Fabien Roussel (2,3 % à la présidentielle) demande la tenue « dans les meilleurs délais » d'une réunion commune des quatre formations politiques, plutôt que des réunions bilatérales distinctes.

LFI, dominante après les 22 % obtenus par Jean-Luc Mélenchon, mène en effet des négociations bilatérales avec le PCF, EELV, le PS et le NPA – partis qui n'ont pas obtenu 5 %. Les communistes souhaitent « une coalition de forces sans hégémonie » et un label commun qui reflète l'expression de leur diversité, par exemple « l'union populaire de la gauche et des écologistes rassemblés ». Ils reconnaissent la primauté de l'Avenir en commun, mais souhaitent que certaines propositions de chacun des partis soient prises en compte.

À LIRE AUSSILégislatives : les négociations entre Verts et Insoumis dans l'impasse

Le PCF propose des candidats en plus de leurs députés sortants

Enfin, les communistes estiment que les propositions de circonscriptions par LFI ne permettent pas au PCF de constituer un groupe. Selon eux, l'accord doit donc, en plus de leurs 11 députés sortants, permettre à « des personnalités reconnues pour leurs engagements de terrain » d'être investies. Ils en listent 14. Pour l'heure, LFI n'a conclu un accord qu'avec Génération.s jeudi, les négociations se poursuivant avec toutes les autres [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles