Législatives: soupçonné de rapprochement avec la macronie, Abad pressé de s'exprimer par LR

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Le président du groupe LR à l'Assemblée Damien Abad arrive au siège du parti le 26 avril 2022 à Paris - bERTRAND GUAY  © 2019 AFP
Le président du groupe LR à l'Assemblée Damien Abad arrive au siège du parti le 26 avril 2022 à Paris - bERTRAND GUAY © 2019 AFP

Ira, ira pas? Le député Les Républicains, Damien Abad agace le parti. Accusé de se rapprocher d’Emmanuel Macron, le chef de file des députés LR a demandé un délai de 48 heures pour clarifier sa position.

Mais, "quand il y a un doute, c'est qu'il n'y a pas de doute", tempête son chef, Christian Jacob, ce jeudi, au micro de franceinfo. Semblant confirmer que des tractations ont bien lieu du côté de la macronie et accentuant la pression mise sur le député depuis plusieurs jours.

Sur Twitter quelques minutes plus tard, Christian Jacob en remet une couche: "Les choses doivent être mises au clair rapidement. On ne peut pas rester dans l’ambiguïté" poste-il.

"Procès"

Quarante-huit heures auparavant, une dizaine de parlementaires s'étaient rassemblés face à lui en visio pour lui demander des explications sur l'état d'éventuelles discussions. "C'était son procès", a raconté un participant à France Inter. "Le fait qu’il doive réfléchir pour nous répondre montre qu’il est déjà parti", avait confié plus tôt un député agacé au Parisien.

"Je n'ai jamais demandé l'investiture LaREM", a répété Damien Abad lors de cette réunion. Mais le parti présidentiel lui a-t-il proposé cette investiture, instillant un doute chez l'homme politique? Face à lui dans la 5e circonscription de l'Ain, "Ensemble!", la coalition qui regroupe LaREM, Horizons et le Modem, n'a pour l'instant toujours investi personne, à moins d'un mois du premier tour. Et pour l'instant, les prises républicaines pour les législatives se comptent sur les doigt d'une main.

L'entourage de Damien Abad, sollicité par Le Parisien, temporise: ce n'est pas "anormal" qu'une circonscription "au risque RN fort" soit sans député de la majorité. Il n'y a donc "pas de sujet".

876450610001_6306447645112

Soupçons accrus

Mais pire qu'une étiquette présidentielle aux scrutins de juin, certains soupçonnent fortement Damien Abad de négocier une place au sein du gouvernement. Et le délai demandé par celui-ci à l'heure d'une annonce de remaniement qui se fait toujours attendre n'éteint pas les doutes, bien au contraire.

"S’il veut un gyrophare sur sa voiture, qu’il l’assume! Je lui souhaite d’avoir des garanties d’être acheté par la Macronie. Sinon, il aura la queue entre les jambes", ironise Aurélien Pradié.

Selon Ouest France, certains au sein du groupe parlementaire LR, ont déjà promis de mener la vie dure à Damien Abad s’il restait dans le groupe parlementaire LR, après cette séquence qui joue sur leurs nerfs.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles