Législatives: Ruffin appelle à faire "rentrer le maximum de personnes dans le wagon" de l'union de la gauche

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
François Ruffin, invité de BFMTV-RMC mardi 3 mai 2022 - BFMTV
François Ruffin, invité de BFMTV-RMC mardi 3 mai 2022 - BFMTV

876450610001_6305544183112

Deux jours après la signature d'un accord entre La France insoumise (LFI) et Europe Écologie - Les Verts (EELV), les négociations sont toujours en cours entre la formation politique de Jean-Luc Mélenchon et le Parti socialiste (PS). Invité de BFMTV-RMC ce mardi, François Ruffin a exhorté à une union large en vue des législatives de juin.

"Je pense qu'on a une locomotive qui est lancée, il faut faire rentrer le maximum de personnes dans le wagon", a lancé le député insoumis de la Somme, tout en posant des conditions pour une entente avec les socialistes.

"Le train Macron, c'est Hollande qui l'a posé"

"Il est très clair qu'on doit avoir un PS qui se distingue d'un François Hollande qui a mis Macron sur les rails. Le train Macron, c'est quand même François Hollande qui l'a posé, la loi Travail c'était lui", a rappelé le parlementaire, candidat à sa réélection dans sa circonscription picarde.

Et d'ajouter dans un sourire, "pour ma part, la disparition de la Picardie noyée dans les Hauts-de-France, que je regrette toujours parce que moi je suis pour Picardie Independenza, c'est signé François Hollande, donc il est très clair qu'il faut rompre avec ça pour le Parti socialiste lui-même".

876450610001_6305544991112

Proximité avec le PCF

Alors que des négociations sont aussi toujours en cours avec le Parti communiste français (PCF), François Ruffin n'a pas nié le fait qu'il se sentait plus proche idéologiquement de la place du Colonel-Fabien que du corpus du PS. "C'est certain", a-t-il admis, rappelant avoir "construit 'l'Humain d'abord', le premier programme de Jean-Luc Mélenchon" avec eux.

"On était à leurs côtés ensemble, pour le 'non', qui me paraît être le moment fondateur le 29 mai 2005, le non au traité constitutionnel européen. Au fond, on a une gauche qui se reconstitue autour du 'non' de 2005", a aussi estimé François Ruffin.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles