Législatives : vers un record d’abstention sous la Ve République

© AFP

Elle a été brève et elle fut, à l'image de celle pour l'élection présidentielle, assez discrète : la campagne des législatives se termine vendredi à minuit. Les Français sont convoqués dimanche dans les urnes – ce sera dès samedi pour la Guadeloupe, la Guyane, la Martinique, Saint-Barthélemy, Saint-Martin et Saint-Pierre-et-Miquelon. Mais combien seront-ils à s'y rendre vraiment ? Deux mois après l'élection présidentielle, une majorité des électeurs pourrait bouder le vote. Le niveau de participation est estimé dans les dernières enquêtes entre 44 et 49 %. Cela signifie que le record de la Ve République, atteint en 2017 (48,7 %), pourrait de nouveau être battu.

Dans le détail, si l'on prend l'ultime enquête de chaque institut parue cette semaine, le taux de participation est estimé entre 44 et 48 % par Ipsos, entre 45 et 49 % par Elabe, et à 46 % par l'Ifop et Odoxa. Fait important à signaler : le désir de se mobiliser n'a pas connu de sursaut ces derniers jours. L'Ifop, par exemple, mesurait ce taux à 48 % à la fin du mois de mai, deux points de plus que le niveau désormais constaté.

Des élections qui peuvent se jouer à des centaines de voix

L'ampleur de l'abstention sera la clé du scrutin. Car, à ce niveau, la moindre démobilisation d'un camp politique plutôt qu'un autre se paiera cash dans les urnes. C'est ce que l'on appelle « l'abstention différentielle » qui a été en particulier à l'œuvre lors des régionales de 2021 , à la faveur notamment de la droite et au détriment...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles