Législatives : Raphaël Glucksmann valide l’union de la gauche et assure avoir obtenu des garanties

Raphaël Glucksmann, au Parlement européen, le 9 juin 2024.  - Credit:Roses Nicolas - Abaca
Raphaël Glucksmann, au Parlement européen, le 9 juin 2024. - Credit:Roses Nicolas - Abaca

C'est peu dire que sa prise de parole était attendue à gauche… et même de l'autre côté. Raphaël Glucksmann s'est officiellement exprimé, ce vendredi 14 juin, au lendemain de l'annonce d'un accord historique signé à gauche pour former un nouveau front populaire et ainsi faire barrage à l'extrême droite en vue des législatives anticipées.

«  La seule chose là qui importe pour moi, à mes yeux ; c'est que le Rassemblement national ne gagne pas ces élections législatives et ne gouverne pas ce pays. C'est qu'il y ait une union de la gauche. C'est une responsabilité historique », a déclaré l'eurodéputé, cofondateur et coprésident de Place publique, au micro de France Inter.

.@rglucks1 : "À un moment donné, chaque homme, chaque femme, doit regarder l'histoire et prendre conscience de ses responsabilités." #le69Inter pic.twitter.com/7oldiKPdzk

— France Inter (@franceinter) June 14, 2024

Des clarifications sur les lignes rouges

Celui qui est arrivé en troisième position des européennes, en tant que tête de liste Parti socialiste-Place publique, a assuré comprendre que certains qui ont voté pour lui « puissent se sentir trahis ». À ceux-là, il a détaillé certaines garanties obtenues par son parti, lors de la constitution du programme du Nouveau Front populaire, ne cachant pas des débats très intenses et de profonds désacords avec La France insoumise.

« Il y a eu un rapport de force idéologique, et sans mettre la poussière sous le tapis, ça a été difficile », a concé [...] Lire la suite