Législatives: comment les résultats et les projections annoncés à 20 heures sont-ils calculés?

Les résultats du premier tour des élections législatives seront dévoilés à partir de 20 heures, le dimanche 12 juin 2022. - PIERRE-OSCAR BRUNET / BFMTV
Les résultats du premier tour des élections législatives seront dévoilés à partir de 20 heures, le dimanche 12 juin 2022. - PIERRE-OSCAR BRUNET / BFMTV

Réponse à 20 heures - pas avant. Le rapport de force au soir du premier tour des élections législatives ce dimanche permettra de donner des projections de l'hémicycle de l'Assemblée nationale au soir du 19 juin prochain, à l'issue du second tour. Avec 577 scrutins dans 577 circonscriptions différentes, a mécanique est cependant plus compliquée pour les sondeurs que lors de l'élection présidentielle.

Des résultats dans des bureaux-tests

Pour Elabe, avec qui travaille BFMTV, la première étape est similaire à la méthode employée lors de la présidentielle: récolter les résultats de 300 bureaux-tests répartis dans toute la France, mais cette fois-ci représentatifs de la diversité des 577 circonscriptions du territoire.

"On fait des remontées à la fermeture des bureaux de vote à 18 et 20 heures suivant les communes, ce qui nous permet d'annoncer des premières estimations au niveau national du premier tour à 20 heures", nous explique Vincent Thibault, directeur d'étude d'Elabe, le partenaire de BFMTV.

Seconde étape: se baser sur ces informations nationales pour les appliquer à chaque circonscription. "Avec ces données, nous faisons tourner des modèles mathématiques qui nous permettent ensuite de pouvoir avoir des projections très tôt lors de la soirée du premier tour pour avoir un paysage de l'Assemblée le 19 juin", complète Mathieu Gallard, directeur de recherche pour Ipsos.

Des projections indicatives

Ces projections, qui sont ensuite enrichies au fur et à mesure que les résultats officiels sont transmis par le ministère de l'Intérieur, comportent cependant beaucoup d'inconnues.

"On ne connaît pas parfaitement le comportement électoral des électeurs et il y a toujours beaucoup d'incertitudes sur des scrutins qui sont déterminés à la fois par des enjeux locaux et nationaux", prévient ainsi Vincent Thibault.

Parmi les principales difficultés auxquelles sont confrontés les sondeurs: le rapport de force au premier tour n'est qu'un indicateur pour le second. La performance de tel ou tel mouvement n'indique aucunement qu'il va finalement l'emporter dimanche prochain - chaque parti ayant des réserves de voix plus ou moins importantes selon les circonscriptions.

"Il faut anticiper les reports de voix qui ne sont pas toujours évidents à calculer", décrypte encore Vincent Thibault d'Elabe. D'autant que les électeurs d'un parti n'ont pas forcément le même comportement électoral selon les régions.

Des élections qui se jouent parfois à un point près

La sensibilité des données ne facilite pas non plus la tâche. Beaucoup de qualications au premier tour des législatives en 2017 s'étaient faites au finish, à quelques dizaines de voix près.

"Au second tour, on avait eu un certain nombre de victoires à seulement un point de différence", avance de son côté Mathieu Gallard d'Ipsos.

Enfin, dernière inconnue: l'ancrage territorial qui peut accorder une prime au sortant au second tour. "Face à un inconnu, les électeurs peuvent avoir le réflexe de voter pour un visage bien identifié", analyse Bruno Cautrès, directeur de recherche au Cevipof.

Toutes les projections restent donc indicatives, et les différents instituts de sondage ne vont pas donner un nombre précis de sièges, mais une fourchette pour chacun des mouvements.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles