Législatives: la réélection de Fabien Roussel, loin d'être gagnée dans le Nord

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Le communiste pourrait être mis en difficulté par le Rassemblement national qui est arrivé en tête au second tour de la présidentielle dans la 20e circonscription du Nord. Mais les combats qu'il incarne, servi par un goût certain pour les médias, pourraient convaincre les électeurs.

Un échec qui ferait tâche. Après une campagne présidentielle jugée réussie malgré son petit score (2,28%), le communiste Fabien Roussel tente d'être réélu à l'Assemblée nationale le 19 juin prochain. Mais la bataille est loin d'être gagnée dans la 20e circonscription du Nord.

Élu largement député en 2017 face à Ludovic de Danne (RN) avec plus de 63% des voix et une abstention record (62%), le patron du PCF n'était cependant parvenu à se qualifier au second tour qu'à la faveur de quelques dizaines de voix.

Une gauche qui part divisée face à un RN très haut

Dans ce territoire, Marine Le Pen a d'ailleurs dépassé sa moyenne nationale face à Emmanuel Macron en arrivant largement en tête avec plus 52% des voix au second tour en avril dernier. Si, dans la commune de Saint-Amand-les-Eaux, dont il est conseiller municipal, Fabien Roussel a récolté 20% des voix au premier tour, le bilan est moins brillant dans d'autres territoires de cette circonscription.

À Valenciennes, le communiste n'a récolté que 4,15% des voix tout comme à Anzin où il n'est pas parvenu à dépasser les 9,5%.

Autre caillou dans la chaussure du communiste: la multiplication des candidatures à gauche. Malgré son investiture par la Nouvelle union populaire écologiste et sociale (Nupes), d'autres candidats sont présents sur la ligne de départ, comme Bruno Duquesne (Parti radical de gauche) ou Dimitri Mozdzierz (Lutte ouvrière).

Une prise de distance avec Jean-Luc Mélenchon

Un ancien communiste, Éric Renaud, sera également présent, soutenu par des insoumis. Une partie d'entre eux ne lui pardonnent pas de s'être presenté à la présidentielle au lieu de se ranger derrière Jean-Luc Mélenchon.

De quoi laisser augurer d'un premier tour relativement compliqué, auquel il faut ajouter une prise de distance avec la France insoumise. Si le patron du PCF a tendu la main très vite après la présidentielle à son ex concurrent, il ne goûte guère la stratégie de la France insoumise. "On n'élit pas un Premier ministre", a tancé le quinquagénaire sur Europe 1 le 18 mai dernier en réponse à son ancien concurrent qui a appelé les Français à le faire entrer à Matignon.

Mais Fabien Roussel a des atouts dans sa manche comme sa filiation politique. Avant de faire son entrée au Palais-Bourbon, il a été le suppléant du député communiste Alain Bocquet, 32 ans à l'Assemblée nationale au compteur. Quand cette figure locale a décidé de ne pas se représenter en 2017 pour pouvoir rester maire de Saint-Amand-les-Eaux, il l'a choisi sans hésiter.

Sur les traces de l'héritage de Johnny Hallyday

À peine élu, le député s'empare en 2017 de plusieurs dossiers chauds et emblématique de son département comme la reconversion du bassin minier et l'avenir du fret. Il ferraille aussi durement avec la majorité présidentielle sur la suppression de l'impôt sur la fortune remplacé par l'impôt sur la fortune immobilière et la baisse de 5 euros des APL, deux mesures remarquées dans l'un des départements les plus pauvres de France.

Mais c'est surtout par sa lutte contre l'évasion fiscale que le communiste fait un coup médiatique. Grand fan de Johnny Hallyday, Fabien Roussel se lance quelques mois après sa mort sur les traces de son héritage en Suisse pour dénoncer des montages fiscaux complexes.

Faire plier Bernard Arnault

De quoi également raconter à la tribune de l'Assemblée nationale puis dans les colonnes de Paris Match comment monter une société offshore en quelques clics et faire de ... Gérald Darmanin, alors à Bercy, son directeur général.

En décembre 2019, il assigne Bernard Arnault, l'actionnaire majoritaire de LVMH en justice pour non-publication des comptes de sa société. La veille de l'audience, la première fortune française obtempère. La cause fait un beau ramdam dans la presse, jusqu'à sa candidature à la présidentielle qui le propulse définitivement sur la scène nationale.

Elle est cependant obscurcie au mois de mars par une accusation d'emploi fictif, que Fabien Roussel nie en bloc. De quoi donner quelques espoirs au communiste pour sa réélection.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Législatives : une cohabitation est-elle possible dès le début du quinquennat ? BFMTV répond à vos questions

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles