Législatives : quelles sont les raisons qui ont poussé les abstentionnistes à ne pas voter

© SEBASTIEN BOZON / AFP

Comment expliquer l'abstention ? Après une élection présidentielle qui a failli entrer dans les annales avec 28,01% au second tour, le premier tour des législatives a constitué un record de ce point de vue. Moins d'un Français sur deux s'est déplacé dimanche dernier pour aller glisser leur bulletin dans l'urne. Et à l'avant-veille du second tour, malgré les nombreux appels des politiques de tous bords, rien ne permet d'assurer que plus d'électeurs potentiels se déplaceront. Mais comment expliquer un tel phénomène qui semble inarrêtable, tant il prend de l'ampleur à chaque scrutin ?

>> LIRE AUSSI - Législatives : quels sont les enjeux du second tour ?

Une "nouvelle équation de la contestation"

C'est la question à laquelle Laurence de Nervaux, directrice du Think Tank "Destins communs", et co-autrice d'une enquête intitulée "Dans la tête des abstentionnistes" à chercher à répondre, en allant à la rencontre de multiples personnes qui ont fait le choix de ne pas s'exprimer électoralement. Pour elle, il faut aller au-delà du cliché de l'abstentionniste : un jeune pas très diplômé qui habite en banlieue. "Le point commun entre tous ces gens, c'est qu'ils sont dans ce que l'on a appelé 'une nouvelle équation de la contestation'", rapporte Laurence de Nervaux au micro d'Europe 1. Dans le détail, cette équation "combine une très profonde incertitude quant à l'avenir, un sentiment de complexité au quotidien, et plus largement un manque de lisibilité, un sentiment d'impuissanc...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles