Législatives : le PS et EELV trahissent-ils vraiment leurs valeurs en rejoignant la Nupes ?

© AFP

Après la conclusion de l’accord entre La France Insoumise et le Parti socialiste, Europe Écologie - les Verts et le Parti communiste français, nommé Nouvelle Union populaire écologique et sociale (Nupes), en vue des législatives, certaines personnalités politiques ont vivement critiqué ces partis, qu’ils en soient adversaires ou membres. La députée Aurore Bergé, présidente déléguée LREM à l’Assemblée nationale, estimait ainsi sur RFI, le 2 mai : « Ce qui attend les partis, notamment le Parti socialiste, s’ils acceptaient cette alliance, c’est tout simplement une disparition de leurs idées, et aussi une disparition de leur parti politique ». Le même jour, Fabienne Keller, députée européenne Renew/LREM, a attaqué Europe Ecologie – Les Verts, considérant qu’il n’avait « désormais d’Europe plus que le nom ».Tandis que l’ancien président de la République, François Hollande , déclarait sur Franceinfo le 28 avril, que si « le Parti socialiste adoptait [l’accord], ses dirigeants auraient décidé de le faire disparaître ».

Un point particulier cristallise toutes les tensions : l’Europe. Le programme commun de la Nupes, dévoilé partiellement par un communiqué de presse au moment de la conclusion de l’accord avec les différents partis, précise qu’il faudra « être prêts à désobéir à certaines règles européennes (en particulier économiques et budgétaires) » pour être en mesure d’appliquer le programme. Gilles Candar, historien spécialiste des gauches françaises et auteur de Pourquoi la ...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles