Législatives : le PS se déchire sur son accord avec les Insoumis

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
© AFP
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Alors que les négociations entre le Parti socialiste et La France insoumise ont abouti mercredi à une union pour les élections législatives , le Conseil national du PS doit encore approuver l'accord, jeudi soir. Composé de 306 membres, ce dernier représente le parlement du parti. Avant ce vote décisif, le parti ne cesse de se déchirer entre les grandes figures, dont beaucoup sont issus du quinquennat de François Hollande, hostiles à l'accord et celles en faveur de cet accord, dont Olivier Faure, le secrétaire général du PS.

Les figures du quinquennat Hollande s’opposent à cette union. Des personnalités du PS tels que François Hollande ou Bernard Cazeneuve, se sont vivement opposés à cet accord. François Hollande a dit à La Montagne, mercredi, « récuser l’accord sur le fond et même sur les circonscriptions ». L’ancien Premier ministre Bernard Cazeneuve a quant à lui claqué la porte du PS, après l’annonce de la conclusion d’un accord entre son parti et La France insoumise. « J’ai quitté le Parti socialiste en désaccord avec l’alliance passée avec le parti de Jean-Luc Mélenchon », a-t-il déclaré, évoquant « une formation politique, La France Insoumise, dont j’ai eu à subir la violence, l’outrance des positions, les insultes aussi quand j’étais au gouvernement, notamment lorsque s’est produite la mort de Rémi Fraisse ».

Autre Premier ministre de François Hollande, Jean-Marc Ayrault a qualifié cet accord de « rafistolage » mercredi, avant de regretter une « forme de démission » d...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles