Législatives: pourquoi le parachutage de Jean-Blanquer dans le Loiret s'annonce compliqué

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Jean-Michel Blanquer à la sortie du Conseil des ministres le 6 avril 2022 - LUDOVIC MARIN / AFP
Jean-Michel Blanquer à la sortie du Conseil des ministres le 6 avril 2022 - LUDOVIC MARIN / AFP

Une piste d'atterrisage moins évidente que prévu. Après avoir hésité à se présenter dans les Yvelines, où Emmanuel Macron a réalisé d'excellents scores, au premier comme au second tour, Jean-Michel Blanquer sera finalement candidat pour les législatives dans le Loiret. Dans la 4ème circonscription du département, la situation politique est cependant loin d'être évidente pour le ministre de l'Éducation nationale.

Si ce territoire a l'avantage d'être à seulement 125 kilomètres de la capitale, un atout non négligeable pour le locataire de la rue de Grenelle qui vit à Paris, il a tout d'un cadeau empoisonné. Après avoir été l'une des figures du quinquennat, l'ancien patron de l'ESSEC a connu une fin de mandat particulièrement compliquée, entre protocoles sanitaires hésitants dans les écoles et vacances à Ibiza en pleine cinquième vague de Covid-19.

Gilets jaunes et un RN très haut

Jean-Michel Blanquer atterrit donc dans un territoire où Marine Le Pen Le Pen l'a très largement emporté au second tour (51% des voix en moyenne) dans la partie la plus rurale de la circonscription qui regroupe environ la moitié des électeurs. Montargis, la plus grande ville de ce territoire, a été également l'une des communes de France dans laquelle les Gilets jaunes ont le plus longtemps été présents sur les ronds-points.

Autre caillou dans la chaussure de Jean-Michel Blanquer: la présence sur la ligne de départ de Christophe Bouquet, le candidat d'Horizons, le mouvement d'Édouard Philippe.

876450610001_6305437897112 "Je n'ai jamais fait ombrage de ma candidature qui est connue depuis des mois. Elle n'a jamais posé question, elle a toujours été considérée comme légitime. J'ai notamment participé à la campagne présidentielle pour Emmanuel Macron (...) Si nous avions été plusieurs, j'aurais compris qu'il y ait un arbitrage. Mais cela n'a jamais été le cas", lâche ce conseiller départemental et élu municipal d'une des communes de la circonscription, dans les colonnes de La République du Centre.

Un député sortant qui ne se représente pas

Comprendre: pas question de se retirer de la course à l'Assemblée nationale, même si Jean-Michel Blanquer maintient sa candidature.

Alors que les relations entre Édouard Philippe et Emmanuel Macron sont plus tendues que jamais, avec la crainte pour l'ancien Premier ministre de ne pas avoir autant de cirsconcriptions gagnables qu'il espérait, Jean-Michel Blanquer pourrait faire les frais de cette guerre des chefs.

Mais ce territoire n'a cependant pas que des inconvénients politiques. Jean-Pierre Door, figure de la droite locale et élu au Palais-Bourbon pendant plus de 20 ans, ne se représente pas. Emmanuel Macron est également arrivé en tête dans les 3 villes du territoire. Alors que les villages qui ont placé en tête la candidate du RN au second tour ont fortement tendance à s'abstenir lors des législatives, ces territoires urbains, plus favorables à la macronie donc, se mobilisent plus facilement pour faire élire leur député.

Une droite divisée

Autre atout dans la manche de Jean-Michel Blanquer; Ariel Levy, le candidat investi par les LR, est lui aussi un parachuté. S'il est désormais élu au conseil départemental depuis le mois de juin, il a longtemps été conseiller municipal dans le 16ème arrondissement à Paris. Son arrivée dans le Loiret avait d'ailleurs fait grincer des dents. "Adjoint à Paris, petit-fils du PDG de Renault, tout ça, ça fait parler", avait avancé un militant de gauche auprès de La République du centre en avril 2021.

La droite part également en ordre dispersé. Philippe Moreau, le maire de Nogent-sur-Vernisson (LR), l'un des villages de la circonscription, devrait également se présenter. Du côté du RN, c'est Thomas Ménagé, conseiller régional qui sera investi. La gauche ne devrait pas jouer les trouble-fêtes, historiquement basse dans le Loiret.

Dernier signe de bon augure pour Jean-Michel Blanquer: la multiplication des candidatures - entre 10 et 15, d'après le maire de Montargis-, offrant souvent une prime au candidat le plus identifié.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles